La photo de concert est morte… vive la photo de concert!

C’est l’article récent de Régis Mathey qui me fait réagir. Il y a 2 ans, j’avais eu la chance de me “lancer” dans la photographie de concert, à l’occasion de l’excellent festival Guitare en Scène de Saint Julien en Genevois, en 2011. J’avais démandé une accréditation et à ma grande surprise, malgré mon inexpérience en photo de concert, je l’avais obtenue. Continuer la lecture de « La photo de concert est morte… vive la photo de concert! »

La photo primée au World Press Photo est-elle trop belle?

Et voila encore une photo qui fait du bruit! Après le portrait de François Hollande par Raymond Depardon c’est au tour de la photo de Paul Hansen, primée au World Presse Photo de faire la une des chroniques culturelles et médiatiques.

Pour ceux qui n’auraient pas vu la photo, vous pouvez la découvrir à la une du site Worldpressphoto.org. La photo a été prise lors d’un cortège funéraire dans la bande de Gaza, un groupe d’homme accompagne les dépouilles de deux enfants, morts lors d’un bombardement de l’Armée Israélienne.

20130219-142858.jpg

Sur le fond, la qualité de la photo est exceptionnelle: le témoignage d’un photo-reporter sur l’une des plus longues guerres contemporaines, la souffrance des populations civiles (hommes, femmes, enfants), la détresse d’un peuple qui ne lutte pas à armes égales avec son ennemi de voisin, l’enjeu international que représente ce conflit, la barbarie aveugle que signifie la guerre. On est très loin des photos de chars israéliens high-tech et de jeunes palestiniens lançant des cocktails molotov. La guerre, c’est les bombardements, les destructions, les privations, la terreur… et la mort. Avec cette photo, on prend conscience de l’état de la ville, ou tout n’est que béton et fils électriques… un monde gris, des ruelles étroites, la poussière…

Mais l’environnement, même apocalyptique, n’est rien comparé à la souffrance de ce groupe d’hommes qui portent pour la dernière fois les corps de leurs enfants… Je dis bien LEURS enfants car j’imagine que pour chacun d’entre eux, parents ou non, c’est comme si ces deux enfants étaient véritablement les leurs, le fruit de leur chair. Le photographe a su saisir toute la détresse, la tristesse… et la colère de ces hommes. Aucune femme n’est présente dans ce cortège funéraire, ce rite étant pour la plupart des musulmans, réservés aux hommes seuls.

Alors pourquoi cette photo nous interpelle?

Probablement parce qu’au delà de sa parfaite réalisation, elle est belle… peut-être trop belle. L’auteur a pris le parti de la retoucher avant de la publier. Les responsables de World Press Photo ont assuré qu’ils exigeaient les RAW de toutes les photos qui leur étaient soumises, pour en vérifier la paternité et mesurer l’ampleur des retouches éventuelles. Elles sont refusées si elles présentent des retouches qui les dénaturent.

Si la photo respecte les règles de World Press Photo, d’aucuns estiment que l’auteur a été trop loin, modifiant radicalement l’aspect originel de la photo. Effectivement, le rendu hyper-réaliste, quasi graphique, proche du HDR peuvent nous questionner. Les linceuls sont trop blancs, les visages des hommes trop contrastés, ceux des enfants morts trop lisses, le ciel un peu trop dense… On dirait presque une BD, qui n’est pas sans me rappeler la bande dessinée “Gaza 1956” par Joe Sacco, sublime ouvrage sur un massacre de civils palestiens par l’armée israélienne en 1956.

Peut-on “embellir” une telle photo? Peut-on magnifier la mort et la souffrance?

Au risque de choquer, je pense que si la retouche ne dénature pas la photo, s’il n’y a pas de montages (ajout ou suppression), elle est toujours la bienvenue. La photographie est bien plus qu’une représentation de la réalité matérielle et physique, elle est d’abord et surtout le fruit de la perception de son auteur. Je suis convaincu que Paul Hansen, malgré sa longue expérience des conflits armés, n’a pas du tout vu une ruelle sombre avec un groupe d’hommes portant 2 corps. Il a d’abord vu 2 enfants morts, puis des “parents” en pleurs, chacun de ces visages est probablement gravé en lui pour toujours. Alors, s’il a choisi de faire ressortir les corps des enfants, les linceuls blancs et les visages défaits de ces hommes, peut-on vraiment lui reprocher? Assurément non! N’oublions pas qu’il a selon les exifs de la photo, pris ce cliché avec une focale de 16mm, ce qui fait qu’il aurait probablement pu toucher ces enfants… Une telle proximité avec la mort et la souffrance dépasse de loin ce que la plupart d’entre nous ont connu ou connaitront, heureusement, dans leur vie. Laissons donc à Paul Hansen la possibilité de transmettre ce qu’il y vécu de la manière qu’il souhaite!

Et vous chers visiteurs, que pensez-vous de cette image?

Le site de l’auteur de cette photo: http://www.paulhansen.se/

Peut-on tester objectivement du matériel?

C’est une question que je me pose souvent, même après de nombreux tests réalisés: est-ce que je parviens à rester objectif?

Au début, je répondais spontanément par l’affirmative. Je pensais qu’en restant simplement dans la description de l’objet en question je resterai objectif. Puis avec le temps, je constate que ce n’est pas si simple. Je distinguerai 3 cas de figure:

Continuer la lecture de « Peut-on tester objectivement du matériel? »

Un photographe c’est bien, un photographe pro c’est mieux!

Allez, un bon vieux sujet bien polémique dans la rubrique réflexion! Si j’en parle aujourd’hui, c’est parce que le débat fait rage en ce moment sur le web: que ce soit sur Twitter, sur les blogs le sujet est chaud bouillant!

Photographes pros et amateurs… en numérique!

Pour résumer, deux visions de la photographie s’affrontent et on va essayer de les présenter sereinement!

La première, évidemment soutenue par la majorité des photographes amateurs, est basée sur la photographie en tant qu’image et image seulement. Peu importe le statut du photographe, s’il est connu ou non, pro ou amateur, une photo est bonne ou moins bonne mais uniquement au regard de ses qualités intrinsèques!

La deuxième, défendue par une petite proportion de photographes pros, affirme que seuls les pros peuvent fournir des images de qualité. Les pros auraient du talent (en tout cas la plupart d’entre eux) et les amateurs (en tout cas la plupart d’entre eux) seraient des photographes de second ordre.

Continuer la lecture de « Un photographe c’est bien, un photographe pro c’est mieux! »