Objectifs: et si vous n’en gardiez qu’un?

Il y a quelques jours, j’ai rangé (un peu mieux) mon matériel photo dans mon sac et à la vue de tous mes objectifs (8-16mm, 17-50mm, 50mm, 100mm macro, 70-200mm) je me suis demandé lequel je préférais… Pas évident de répondre à cette question. Je vais essayer de les classer par ordre de préférence et surtout vous dire pourquoi je fais ce choix!

1er: Canon EF 100mm f/2.8L IS USM Macro

Un petit bijou cet objectif! Même si je ne l’utilise pas aussi souvent que je le voudrai, je le trouve juste parfait. Une construction irréprochable (série L oblige), un bague de mise au point d’une douceur exquise, une ouverture à f/2.8, la stabilisation performante et un joli bokeh. Je l’utilise évidemment pour la macro mais aussi pour du portraits (160mm eq 24×36 sur mon Canon EOS 7D). Bref la perfection!
20121026-113943.jpg

2ème: Sigma 8-16 mm f/4,5-5,6 DC HSM

Avec sa plage de focale d’environ 13-26mm eq 24×36, cet objectif pour capteur APS-C arrive en 2ème position. Ce que je préfère avec ce Sigma, c’est le moment où je colle mon oeil au viseur…. On découvre le monde en grand! Il n’est (heureusement) pas fisheye et procure donc des images plus facile à exploiter. Contrairement à d’autres ultra-grand-angle, le piqué est excellent au centre et très bon sur les bords. C’est mon objectif favori pour le paysage et les time-lapse!
20121026-114055.jpg
A lire: mon test du Sigma 8-16 mm f/4,5-5,6 DC HSM

3ème: Canon EF 70-200mm f/4L IS USM

Mon joujou préféré en concert! Comme pour son cousin le 100mm macro, la bague de mise au point est un modèle de douceur. L’ouverture à f/4 est idéale dans la plupart des cas de figure, procurant une profondeur de champ suffisamment réduite pour devenir intéressante. Son poids est contenu (contrairement à la version f/2.8 IS) et son rapport qualité-prix est excellent. Quant aux photos obtenues avec… ça pique fort!
Il est en 3ème position simplement parce que je ne suis pas vraiment un photographe en plan serré… Faudrait que je m’y mette un peu plus!
20121026-114131.jpg
A lire: Mon test du Canon EF 70-200mm f/4L IS USM

4ème: Canon EF 50mm f/1.8 II

L’objectif que tout canoniste possède au fond de sa besace. Un objectif lumineux (f/1.8), pas cher (une centaine d’euro) et présentant une bonne qualité optique (en fermant d’un cran). Bon, son AF est catastrophique, notamment en basse lumière, mais le plaisir d’une profondeur de champ ultra-courte prend le dessus quand on le visse sur le boîtier. Sa focale fixe pousse son utilisateur à se déplacer pour cadrer, ce qui n’est pas plus mal, de temps en temps pour travailler sa composition.

5ème: Tamron SP 17-50mm F/2.8 XR Di II VC

C’est l’objectif de base, celui qui équipe mon boitier 80% du temps… Et pourtant, je le mets en dernier. Non pas qu’il soit mauvais, c’est même certainement le meilleur dans sa catégorie, mais il reste un objectif un peu passe partout. Sa plage de focale (27-80mm eq. 24×36) est pratique mais pas très “excitante”. Avec cet objectif, on rate peu de photos: elles sont nettes (en partie grâce au stabilisateur), sans trop de vignettage, de distorsion ou d’abérations chromatiques… mais il ne pousse pas à faire de la photo créative…

Donc, pour répondre à la question de départ, si je ne devais en garder qu’un seul… ce serait sans aucun doute le Canon 100mm Macro! J’aime le toucher, le sentir dans ma main, apprécier la douceur de la mise au point… et découvrir les photos réalisées avec 😉

Et vous, chers visiteurs, quel serait votre choix parmi tous vos objectifs? Vous pouvez aussi faire un palmarès de vos 5 objectifs préférés!

Le matériel ne fait pas la photo… Vraiment?

Allez, je lance un nouveau débat cette semaine! On entend souvent cette phrase quand on parle de photographie, surtout quand les pros (ou amateurs experts) parlent au débutant: “Le matériel ne fait pas la photographie!” ou une variante du type “C’est l’oeil du photographe qui permet de faire une belle photo” ou encore ” Un bon matériel ne fait pas tout, c’est surtout le talent du photographe qui compte”. En général, le pro ou l’expert dira l’une de ces phrases à l’amateur, en le regardant de haut tout en chérissant secrètement son Canon EOS 5DmkIII, acheté dès sa sortie sur le marché!

Mettons tout de suite les choses au point! Il est évident que le talent du photographe compte, que sa connaissance de la photographie (composition, gestion de la luminosité ….) est primordiale, que son expérience est un atout indéniable. Mais annoncer comme une vérité: “Le matériel ne fait pas le photographe”, c’est est un non-sens. Seuls les faux photographes (celui qui fait des photos avec son vieux compact en prenant bien soin de ne pas les montrer) ou les envieux (ceux qui n’ont qu’un Nikon D90 d’occas et qui rêvent du dernier D4 sorti) peuvent tenir ce discours.

Les autres, savent, eux, qu’un jour ou l’autre on touche la limite des possibilités offertes par notre matériel. Avez-vous déjà essayé de faire des photos de concerts potables avec un Canon 350D et un téléobjectif qui ouvre à F/5.6? Avez-vous fait de la photo sportive avec un Nikon D40 et sa rafale de 2.5 images/secondes et son autofocus hésitant? Avez-vous vous pu faire une vraie photo macro avec l’objectif fourni en kit avec votre appareil (en général un 18-50)? Avez-vous réussi une belle photo animalière (disons un marcassin au lever du jour) avec le zoom du kit (un 50-200 f/4,5) et votre Canon EOS 400D?

Certains d’entre vous répondront certainement oui à l’un ou l’autre de ces questions 😉 Mais sont-il vraiment sûrs de ce qu’ils affirment?
N’auraient-il pas obtenus de meilleurs résultats avec un matériel un peu plus qualitatif? Imaginez ne serait-ce qu’un NikonD300s muni d’un Nikkor 70-200mm f/2.8G EG VR II pour vos photos de concert… Vous réglez votre boitier sur 1600 iso, vous ouvrez à 2.8 et… ô bonheur, vous avez assez de lumière pour photographier votre artiste préféré. Certes il y a un peu de bruit numérique sur le tirage mais ça reste acceptable Et 12 mpix c’est un peu juste pour faire un tirage en A2 mais en A3 ça passe bien 😉

20121016-155024.jpg
Photo prise avec un Canon EOS 50D + Tamron 17-50mm f/2.8 VC

Et pour votre photo de marcassin, si vous aviez un Canon EOS 7D avec le nouveau Sigma 120-300mm f/2.8 EX DG OS APO et un doubleur Canon 2x, ce ne serait pas plus confortable? En plus d’éviter de trop vous approcher de votre sujet grâce à une focale résultante de 960mm (!), vous pourriez encore, grâce aux 18mpx du capteur, retailler la photo à votre convenance.

Et un Canon EOS 1DX avec sa rafale de 12 images/seconde? Ne serait-ce pas le boitier idéal pour shooter ce meeting d’athlétisme? Surtout couplé au Sigma 120-300 dont nous parlions ci-dessus!

20121016-155102.jpg
Photo prise avec un Canon EOS 50D + Canon EF-S 60mm f/2.8 macro USM

Attention, je n’ai pas dit que tous les amateurs devaient acheter un Nikon D4 et un Nikkor 400mm f/2.8! Je pense qu’il est sage de commencer la photographie avec du matériel modeste: les kits de base sont largement suffisant pour se lancer. Mais dès que l’on souhaite approfondir un domaine particulier (macro, portrait, sport…) on est tôt ou tard confronté à un choix: rester limité par son matériel ou aller plus loin en s’équipant! C’est à chacun de prendre une décision, le budget photo étant limité pour la majorité d’entre nous, il faut anticiper un peu et surtout faire des choix: acheter un objectif 100mm macro? Changer de boitier? Neuf ou occasion?

Il y a un avantage à s’équiper avec du matériel qualitatif: le durée de vie. Il peut évidemment tomber en panne, mais sinon, un bon objectif peut durer 10 ans sans souci. Un excellent objectif en 2012 sera au pire très bon en 2022. C’est un peu moins vrai pour les boitiers mais le Canon EOS 1D mkIII de 2007, par exemple, fait encore de magnifiques images! Sans compter que d’occasion le matériel “pro” en bon état, cote encore suffisamment pour en retirer quelque chose à la revente.

Toujours convaincu que le matériel ne fait pas la photographie? 😉

Les femmes photographes sont-elles plus créatives que les hommes?

Après l’oeil du photographe, voici un nouveau petit thème de reflexion… qui sera certainement plus sujet à la polémique que le précédent 😉 Je suis activement une cinquantaine de blogs francophones consacrés à la photographie. Si une majorité d’entre eux sont tenus par des hommes, quelques-uns sont administrés par des femmes. Il y a quelques jours, je faisais un peu de tri dans les liens mon lecteur de flux RSS (Google Reader, qui me permet d’être informé, quasi en tant réel, des nouveaux articles publiés sur ces blogs) et je me suis aperçu que, d’une manière générale, les photoblogs masculins et féminins ne se ressemblaient pas vraiment. Et je ne parle pas du design des blogs mais bien de leur contenu. Je vais m’expliquer en prenant 8 images piochées sur des blogs comme exemple: 4 appartiennent à des photographes féminins et 4 à leurs homogues masculins:

Photographes masculins


Franky de Darth’s blog


Julien de 13-Design


Laurent de Apprendre la photo


Sébastien de Sfphotos

Photographes féminins


Anne-Laure Jacquart de Au présent du subjectif


Laurence Chellali de Photofolle


Spiruline de Regarde Voir


Véronique de Voir ou Regarder

En regardant ces 8 photos, que remarquez-vous?

Pour ma part, je vois des photos faites par des hommes, très classiques et parfaites sur le plan technique et des photos prises par des femmes beaucoup plus oniriques et tout aussi réussies sur un plan technique! Alors que pouvons-nous conclure? Les femmes sont-elles plus créatives que les hommes? Je dirai OUI!

Bon, ok, mes exemples sont un peu orientés et servent ma démonstration! N’est-ce pas, Sébastien;-) Je connais aussi quelques blogs tenus par des femmes qui ont plutôt une orientation “classique” et d’autres tenus par des hommes qui publient des photos moins conventionnelles que les exemples ci-dessus.

Il n’empêche que dans la grand majorité, les blogs masculins sont plus orienté photos académiques, avec des articles consacrés au matériel (celui qui a le plus de matos ou le meilleur ;-)) ou donnant des conseils (le prof!). Les blogs féminins sont plus orientés photo pure avec beaucoup moins de considération pour le matériel photo. Ce qui semble primer c’est l’émotion dégagée par la photo et peu importe si le piqué n’est pas parfait sur toute l’image ou si la photo a été prise avec un compact ou un reflex pro.

Évidemment, tout ceci n’a rien de scientifique! Juste une impression 😉 D’ailleurs quand je regarde mes photos, je vois que j’ai de la peine à me lâcher un peu et à sortir de la photo “parfaite”. Un peu d’imperfection ne fait jamais de mal en photo, c’est peut-être même ce qui lui donne toute sa force. Pareil pour les parti-pris forts et esthétiques, j’ai vraiment le sentiment que mes camarades féminins prennent beaucoup plus de risques avec leurs images… et je suis un peu jaloux 😉 Finalement c’est avec mon iphone que j’ai fait mes photos les plus originales… La “pauvreté matérielle” m’a obligé plusieurs fois à me dépasser au moment du cadrage ou en post-traitement.

Etrangement aussi, on trouve sur le web plus de photographe blogueurs hommes que femmes… Est-ce que les femmes osent moins créer un blog et le promouvoir? Et je n’ai pas l’impression de croiser beaucoup plus de photographes hommes que femmes, en tout cas parmi les amateurs…

Et vous, photographes hommes et femmes, qu’en pensez-vous? Vous retrouvez vous dans mon analyse? 😉

L’œil du photographe

Depuis que je fais de la photo de manière intensive, j’ai remarqué que je ne regarde plus le monde qui m’entoure de la même façon. Normal, me direz-vous, c’est pour ça, peut-être, que je fais de la photographie! Et vous aurez probablement raison… Mais ce qui me questionne aujourd’hui concerne plutôt l’effet inverse. Ce n’est pas mon regard en tant que tel qui a changé mais je pense que c’est ma pratique de la photo qui a modifié en profondeur mon regard d’être humain sur mon environnement. Pour résumer, j’ai l’impression d’avoir perdu mon “innocence visuelle” si je peux m’exprimer ainsi, à cause de ma passion pour l’image!

20121002-160502.jpg

J’ai déjà vécu la même chose pendant mon adolescence avec la musique: depuis que je maitrise (tant bien que mal) la pratique de la musique et la guitare en particulier, je ne parviens plus à écouter un morceau de musique de manière globale, sans me poser de questions, juste en la ressentant avec mes oreilles et mon corps. Quand j’écoute un album ou lorsque j’assiste à un concert, je n’entends qu’une superposition d’instrument très distincts les uns des autres: la voix du chanteur, la guitare rythmique, la guitare lead, la basse, la batterie… Je dois faire un effort particulier pour laisser mon cerveau “mixer” l’ensemble. C’est encore plus vrai avec la guitare, que je maitrise plus particulièrement: elle se détache encore plus des autres instruments, je visualise le placement des doigts sur le manche, la rythme imposé par la main droite sur les cordes, je sens parfois la note qui va suivre dans les styles musicaux que je connais le mieux… Bref, impossible pour moi d’écouter la musique en profane!

20121002-160210.jpg

Pour la photo, c’est exactement la même chose! Je ne peux plus regarder un paysage, un concert, une fleur, un insecte, un évènement sans me demander comme je m’y prendrai pour le photographier si j’avais mon appareil entre les mains. D’un certain point de vue, c’est parfait, j’exerce mon regard et cela contribue certainement à améliorer ma pratique de la photographie. Mais en même temps, c’est frustrant de ne plus pouvoir regarder naïvement un scène sans se poser mille questions sur la lumière, le contraste, le cadrage… C’est un peu comme la lecture. Une fois qu’on sait lire on ne peut pas regarder un document écrit sans le déchiffrer quasi instantanément… je vis la même chose aussi avec les films depuis que je m’intéresse à la vidéo: où sont placés les éclairages? Quel type de cadrage est utilisé? Est-ce que les plans sont “raccords”? Même si c’est très stimulant intellectuellement, ça gâche parfois le plaisir du film 😉

Et vous chers visiteurs photographes, vivez-vous la même chose que moi? Et si oui, est-ce une chance ou pas selon vous d’avoir “l’oeil du photographe” ?