La Corse à l’ultra grand angle

J’ai eu la chance de passer 15 jours de vacances en Corse cet été et j’ai décidé de profité de cet endroit merveilleux pour tester mon nouvel objectif reçu quelques heures avant mon départ pour l’ile de beauté : le Sigma 8-16 mm f/4,5-5,6 DC HSM
Depuis que je fais de la photo, j’ai toujours eu un faible pour les optiques grand-angle. Mon Tamron 17-50 2.8 VC est toujours monté sur mon appareil, je l’utilise la plupart du temps à 17mm et je suis également un grand amateur de photo panoramique. Alors cela faisait un moment que je lorgnais sur les UGA (Ultra Grand Angle) qui permettent d’élargir encore plus le champ de prise de vue. On parle en général d’UGA en dessous de 24mm et équivalent 24×36.
J’ai hésité entre le Canon 10-22, le sigma 10-20 et le Sigma 8-16 ou un objectif Tokina 11-16 ou 12-22 et ce sont les tests positifs des magazines spécialisés et des sites internet qui m’ont fait pencher en faveur de ce dernier.

sigma-8-16mm-test-1

Sur un capteur APS-C comme celui qui équipe mon Canon EOS 7D, le Sigma 8-16mm correspond à un 12-24mm en équivalent 24×36. C’est grand-angle… très grand angle ! Et surtout ce n’est pas un fisheye, il déforme donc très peu les lignes droites.

Alors j’ai donc profité de ce voyage en Corse pour tester ce magnifique caillou et vous proposer un petit test « terrain » en images.

Qualité de fabrication :

La qualité est correcte. Ce n’est pas une série EX (série « pro » chez Sigma) et cela se ressent quant à la qualité des matériaux : le sigma 8-16mm est tout en plastique mat assez ordinaire malgré le prix élevé de celui-ci (plus de 700€). On imagine que le coût se justifie par la partie purement optique mais on aurait apprécié une construction plus pro (fût métal, tropicalisation…)

sigma-8-16mm-test-2

Les bagues de zoom et de mise au point sont agréables sans avoir la fluidité de mon Canon 70-200mm F/4L IS USM.
L’autofocus, HSM (ultrasonique) est un petit peu bruyant mais efficace. Il faut quand même préciser que la mise au point sur un grand angle, à fortiori sur un ultra-grand angle est plus simple à faire du fait de la grande profondeur de champ.
Cet objectif a une particularité. : sa lentille frontale très bombée ! Cette spécificité a pour conséquence de nécessiter un bouchon d’objectif profond et surtout d’interdire le montage d’un filtre. C’est le seul véritable défaut de cet objectif et qui risque de lui faire perdre des adeptes. Impossible par exemple de monter un filtre polarisant ou un filtre gris neutre, pourtant très utilisé par les photographes paysagistes. Autre inconvénient, le flare, malgré les traitements de surface des lentilles et le pare-soleil est souvent présent si on se place trop face au soleil…

sigma-8-16mm-test-3

Quant à l’ouverture glissante (4,5 5.6), on aurait évidemment préféré un 2.8 constant mais taille, poids et prix seraient probablement dissuasifs pour beaucoup de monde ! En pratique, sauf par faible luminosité, c’est peu contraignant. On utilise principalement ce type d’objectif pour faire de la photo de paysage ou d’architecture et on apprécie alors de grande profondeur de champ. On aura donc tendance à fermer à F/8, F/11 pour obtenir une grande zone de netteté.
Enfin, il faut savoir que (malheureusement) cet objectif ne se monte que sur des appareils au format APS-C (mention DC chez Sigma)

Qualité des images :

Autant le dire tout de suite, elle est très bonne, voire excellente. En général, ces UGA souffrent d’un manque de piqué sur les bords, d’une distorsion importante ou d’aberrations chromatiques gênantes… Je ne suis pas un technicien de Chasseur d’Images et je n’ai donc pas fait de tests sur des mires ou autres murs de briques mais les qualités optiques de ce Sigma 8-16mm sont de haut-vol pour ce type de focale, très proche de mon Tamron par exemple. Il n’y a quasi pas d’aberrations chromatiques et le piqué est bluffant !

Utilisation de l’objectif

Pour autant, ce n’est pas facile de réussir ses photos avec ce type de focale. A 8 mm, les déformations sont telles qu’il faut être très rigoureux dans le cadrage : garder l’horizon… horizontal, éviter de prendre ses pieds en photo, éviter le soleil en face et les flares qui vont avec et surtout trouver des sujets qui conviennent à ce type de focale ! Une optique exigeante mais qui ouvre des possibilités créatives intéressantes notamment pour les paysages, l’architecture mais aussi les portraits rigolos !

Autant illustrer mon propos avec quelques images de cette magnifique île qu’est la Corse !


La vidéo :

J’ai également testé ce Sigma 8-16 f/4.5-5.6 DC HSM en vidéo. J’ai parfois été frustré d’avoir une focale limité à 24mm en tournant mes petites vidéos familiales. Avec ce Sigma on embrasse un plus grand champ et c’est très agréable pour les vidéos dans lesquels les sujets (des enfants par exemple) bougent beaucoup. On est très proche d’un rendu GOPRO très à la mode depuis le succès de cette petite caméra HD (114.5° avec le Sigma contre 127° d’angle de vue pour le mode principal de la Gopro)

Je vous montrerai dans un prochain article consacré à la vidéo, le rendu de cet objectif 😉

Conclusion :

Le Sigma 8-16 f/4.5-5.6 DC HSM est un très bon objectif UGA qui se marie à merveille avec mon Canon EOS 7D. Sa plage de focale complète idéalement mon Tamron 17-50 et offre véritablement de nouvelles possibilités au photographe que je suis. Je l’utilise également pour faire de la photo panoramique avec des résultats très intéressants. On pourra regretter ses défauts comme l’impossibilité de monter des filtres mais finalement les points forts de cet objectif font que l’on a beaucoup de plaisir à l’utiliser au quotidien.
J’aime

  • La qualité des images
  • La plage de focale très intéressante
  • Le poids raisonnable (545g)
  • L’objectif livré dans une housse

Je n’aime pas trop

  • Le flare parfois gênant
  • La qualité de construction perfectible
  • Le prix
  • L’ouverture limitée à 4.5 à 8mm

Je n’aime pas

  • L’impossibilité de monter un filtre
1 réponse
  1. Chrisitan
    Chrisitan dit :

    Hello Marc.

    Merci pour cet article.

    En regardant tes images je me posais une question : as tu traité les photos avec une correction des perspectives genre Dxo view point pou autre ?

    Parce que l’évaluation de la distorsion ou la qualité des lignes de fuite n’est pas la même selon que l’exemple donné est traité ou non.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge