[Test terrain] L’objectif Sigma 35mm f/1,4 DG HSM Art

Un objectif:
Sigma
Price:
746€ en monture Canon (prix sujet à variation)

Reviewed by:
Rating:
5
On 4 juin 2014
Last modified:4 juin 2014

Summary:

Probablement le meilleur 35mm à grande ouverture sur le marché! Tout y est: qualité de fabrication exemplaire et qualité optique de très haut vol!

Cela fait une dizaine d’année que je pratique la photographie et petit à petit ma besace se remplit d’objectifs de plus en plus performants. C’est le cas du Sigma 35mm f/1.4 DG HSM Art que j’utilise maintenant depuis plusieurs mois. Détail amusant, c’est avec un Sigma 18-55 que j’ai fait mes premières armes, monté sur un Canon EOS 350D. Le temps à passé, j’ai progressé… et Sigma aussi comme vous allez pouvoir le constater dans le développement qui suit.

Voyons dans le détail comme se présente et se comporte cet objectif!

Qualité de fabrication:

Sublime! Et je pèse mes mots 😀 Une construction métal/composite haut de gamme. La précision mécanique et d’assemblage le place au niveau des meilleures optiques L de Canon. La bague de mise au point est d’une douceur exquise, à la fois ferme, précise mais sans à coups. La finition « Art » est vraiment exemplaire, assez proche d’ailleurs des optiques Fuji.

sigma-35mm-f1.4

Il lui manquerait juste un joint au niveau de la monture pour être parfait mais pour la plupart des utilisateurs c’est un faux problème. On shoote rarement dans des conditions humides et si on prend soin de son matériel les mauvais surprises seront évitées.

A noter que contrairement à Canon et ses pares-soleil plastiques qui, pour certains, se mettent de travers, celui de cet objectif s’ajuste à la perfection.

Ergonomie:

Outre la douceur précise de la mise au point manuel, rien à redire! Ah si, le bouchon d’objectif n’est pas très pratique, notamment quand le pare soleil est en place. C’est un peu agaçant, et j’ai toujours peur de le perdre…

Qualité de l’AF

Là encore, c’est du très beau travail. La mise au point est rapide, précise et silencieuse, très efficace! Les flous sont courants mais dûs à une erreur de mise au point en général! N’oubliez pas qu’à 35mm f/1.4 la profondeur de champ sur un sujet à 1 m est de 7 cm! Autant dire que le moindre décalage et c’est la cata!

review Sigma 35mm -2

Sur le terrain

Avec toutes ces qualités, difficile de faire la fine bouche. C’est du lourd! Le diaphragme à 9 lamelles arrondies procure des bokeh délicieusement doux. Et malgré quelques petits défauts optiques, léger vignettage et aberrations chromatiques (visiblement plus fortes sur mon exemplaire que sur d’autres) mais qui se corrigent très bien sur Lightroom ou DxO), les images que l’on obtient sont superbes.

review Sigma 35mm opt-3

Test de piqué à f/1.4 (netteté sur l’oeil –  par défaut à +25 dans Lightroom)

review Sigma 35mm opt-1

Un léger vignettage…

review Sigma 35mm opt-2

… qui se corrige automatiquement dans Lightroom

review Sigma 35mm opt-4

Une légère aberration chromatique (frange violette dans les transitions/reflets) mais qui se corrige facilement

Le contraste et la densité de couleur sont vraiment excellents. C’est d’ailleurs étonnant… c’est la première fois, en testant un objectif que je me rends compte de ces caractéristiques sur le rendu de l’image. Aujourd’hui, je n’ai plus que des optiques de qualité (série L de Canon en majorité) mais c’est cet objectif qui donne les images les plus vives et contrastées!

review Sigma 35mm -1

Quant à l’utilisation, les 35mm peuvent être à la fois polyvalents mais aussi un peu limitants. Ni vraiment grand-angle pour les paysages, pas assez télé pour faire du portrait serré … mais pour la vie quotidienne, du reportage, des portraits de groupe c’est parfait! Personnellement, je le prends de plus en plus pour les moments en famille ou quand je veux voyager « léger »… mais tout est relatif avec ses 700g 😛

Sa distance minimale de mise au point est de 28cm, ce qui donne de grande possibilité pour la photo « proxy » (malgré la déformation à cette focale et à cette distance du sujet): à f/1.4 la profondeur de champ est de 0.5cm!!!

Avant de vous livrer ma conclusion…. (quel suspense!) comme je l’avais fait pour le test du Canon EOS 6D, je vous propose à nouveau de découvrir le point de vue de 4 utilisateurs de cet objectif… histoire de confirmer ou non mes propos!

Je vous présente Yann Provost, Christophe Garnier et Laurent Cagna et Pascal, tous 4 heureux possesseurs du Sigma 35mm f/1.4 et photographes confirmés!

Qui es-tu? L’homme….et le photographe 😉

Yann Provost: Bonjour !Yann, 33 ans, Breton et photographe. Je développe mon activité professionnelle autour de prestations pour les pro, en relation avec des agences de communication. Je travaille aussi avec et pour les particuliers, sur des mariages, portraits de famille etc..

Christophe Garnier: Bonjour Marc ! Je m’appelle Christophe Garnier, j’habite en Bretagne du côté de Saint-Brieuc dans les Côtes-d’Armor où j’exerce mes passions pour la musique (ukulélé, basse) et le sport (skimboard, stand up paddle pour bientôt) ainsi que mon travail de photographe.
D’ailleurs je suis photographe indépendant depuis 2008 après avoir passé quelques années en labo pro en tant que tireur et en boutiques spécialisées comme vendeur. Je touche à tout en faisant des photos de mariage, du portrait, du sport et de la voile depuis l’an dernier. Quand l’occasion se présente, je fais aussi des photos de concerts ou festivals. Le plus simple reste tout de même de visiter mon site (cf en bas de l’article)

Laurent Cagna: Je m’appelle Laurent, j’ai 28 ans et vis près de Montreux en Suisse. Je travaille dans l’informatique et fais de la photo depuis 4 ans. Coté photo, j’aime les choses qui vivent et bougent : Personnes, animaux, véhicules… Je fais majoritairement du portrait et exerce également dans le domaine du mariage et du concert.

En tant que passionné de photos, mon appareil me suit très souvent. Que ce soit lors d’une balade ou d’un voyage avec un joli paysage, mais également des images plus sportives ou de reportage lors de manifestations locales. Je travaille sous le nom de Glamica, nom du studio que j’ai créé et qui évolue en même temps que moi.

Pascal: J’ai 38 ans, je suis belge, marié et papa de deux enfants. J’ai réellement commencé à m’intéresser à la photo vers l’âge de 20 ans, en retrouvant le vieux Canon AE-1 Program familial et quelques objectifs planqués au fond d’un tiroir. Je n’avais aucune formation de photographe, mais je suis devenu accro en quelques semaines.

Quelque peu effrayé par la technique au début, je me suis très vite acheté le bouquin faisant office de véritable bible du photographe débutant à l’époque: « La Pratique Des Reflex 24×36 » par René Bouillot. Je m’y suis attaqué étape par étape, chapitre par chapitre, et au final, je pense que je l’ai probablement lu en entier une bonne dizaine de fois. J’y ai appris pratiquement toutes les bases, de l’optique à la lumière et la composition, en passant par l’utilisation de la bonne chimie pour développer tel ou tel type de film, ou la magie du virage et  du « photoshop » en chambre noire.
Très vite je me suis équipé de mon propre petit labo, et j’ai fait presque exclusivement du noir et blanc pendant 5 ans. Si on voulait garder la maîtrise complète de toute la chaîne, la couleur était bien trop chère et trop compliquée à l’époque, surtout lorsqu’on avalait des cartons entier de bobines comme moi. Je pense que c’est une des raisons pour laquelle la couleur m’a longtemps fait peur.
Depuis toujours, je suis particulièrement intéressé par le portrait sous toutes ses formes, avec une préférence pour le studio, l’utilisation de lumières artificielles et autre réflecteurs… Toujours cette obsession de maitriser et de ne laisser que peu de place à la chance, probablement.
Je suis finalement passé au numérique en 2003 avec un Nikon D100, quelques objectifs, un bon PC et… photoshop. Une révolution! Je pense que je n’ai plus fait une seule photo en argentique pendant 10 ans, même si j’ai conservé tout mon matériel. Aujourd’hui, je suis le propriétaire et le photographe du « A la Carte – Studio », spécialisé dans la photographie de personnes au sens large.

Depuis combien de temps possèdes-tu le Sigma 35mm f/1.4? Sur quel(s) boitier(s)?

Yann Provost: J’ai possédé cet objectif durant toute l’année 2013, il était visé sur un Canon 1Ds Mark II

Christophe Garnier: Alors j’ai ce fameux Sigma 35mm ƒ/1.4 depuis un peu plus d’un an maintenant que j’utilise principalement sur mon 5D MkII. Je le monte aussi sur un 1Dx lorsque je suis sur les courses auto.

Mina

Laurent Cagna: Je l’ai découvert il y a presque 1 an lors de l’event organisé par Sigma Romandie (très bon moment que je vous recommande !). Dès ce test j’ai été convaincu mais j’ai du attendre plusieurs mois et j’ai enfin pu me l’offrir mi-avril.

Il est monté sur un Canon 5D Mark III ou un Canon 7D, selon mes besoins.

PascalDepuis sa sortie en version Nikon, début Janvier 2013. Je l’utilise sur un Nikon D4.

Pourquoi l’avoir acheté?

Yann Provost: Il est clairement décrit comme un très bon objectif, avec un piqué remarquable. De plus, j’adhère assez à cette focale. Et travailler en « fixe » avec une belle ouverture c’est un vrai plus qui permet d’améliorer la créativité.

Christophe Garnier: En fait j’hésitais entre un 24mm ƒ/1.4 L et un 35mm ƒ/1.4 L de chez Canon. Après vérification de 2 ans de boulot réalisé dans différentes conditions, je me suis rendu compte que je travaillais le plus souvent proche du 35mm que du 24mm (je travaillais au zoom à cette époque). C’est à ce moment que je m’était décidé à acheter le 35mm L sauf qu’entre temps, Sigma annonçait la sortie de son propre 35mm qui risquait fortement de me faire économiser par rapport au Canon. J’ai attendu plusieurs tests avant de me décider. Sigma a totalement changé de stratégie en proposant sa nouvelle gamme d’objectif et c’est tant mieux.

Laurent Cagna: Comme dis ci-dessus, j’ai tout de suite été convaincu par cet objectif. Auparavant, je n’aurais jamais pensé acheter Sigma… ou que dans quelques rares circonstances. Aujourd’hui, j’aime ce virage que Sigma a prit.

Dès la prise en main, on sent un objectif solide dans lequel on peux avoir confiance, même si il est très sollicité. Une fois monté on découvre un objectif avec un bokeh magnifique, un très bon piqué, une focale idéal et une ouverture incroyable.

Si je peux me permettre une petite anecdote :

J’aime cette liberté que donne les zooms et ne suis pas un grand habitué des focales fixe. J’avais craqué sur ce Sigma 35mm f/1.4 et le voulais dans mon parc, c’est ma 1ère focale fixe !

Je suis partis en Italie quelques jours en emportant cet objectif avec mon 5D Mk3 et un 70-200 f/2.8. Sur 4 jours, j’ai sortis mon 70-200 qu’une seule fois et pour 5 minutes. Ce 35mm est une merveille… Portrait, paysage, urbain, il est idéal. Qu’une seule attente : l’emporter avec moi sur un mariage

Pascal: Alors pour être tout à fait honnête, il s’agit de mon premier grand angle fixe à grande ouverture! Même si j’ai eu la chance de tous les essayer, je n’ai jamais acheté ni le 35mm 1.4 AF-S de Nikon, ni le 24mm 1.4 AF-S, ni le 28mm 1.4 AF-D, ni même le 35mm 2.0 AF-D.

Je pense qu’il est difficile d’expliquer pourquoi on achète un objectif sans se placer dans le contexte de ce qu’on a déjà dans son sac. Avant d’acquérir le 35mm Sigma, je disposais déjà d’un très bel arsenal, à savoir de la trilogie des zooms 2.8 de Nikon (le 14-24, le 24-70, le 70-200) et, côté focale fixe, du 50 1.4 AF-S, du 85mm 1.4 AFS et du 150 2.8 OS macro de Sigma.
J’avais aussi quelques idées préconçues:
-un 35mm, ce n’est pas pour le portrait
-un 35mm, c’est (presque) un grand-angle, la qualité du bokeh donc n’est pas une de caractéristique importante à prendre en compte
-un 35mm, c’est tellement banal que c’est limite ennuyeux comme focale
-un 35mm, c’est bien, mais un bon vieux 50mm 1.4 c’est encore mieux, j’ai toujours adoré le 50mm depuis mes débuts en photo
J’ai « découvert » l’utilisation de cette focale fixe sur le Fuji X100 en 2011. Au départ, j’aurais vraiment préféré que le Fuji soit équipé d’un équivalent 50mm à la place d’un équivalent 35mm, et puis je suis tombé sous le charme. C’est beaucoup plus universel que je ne le pensais. Ce que j’aime le plus avec le 35mm, c’est placer mon sujet dans un contexte plutôt que me borner à le noyer dans une arrière plan complètement flou comme j’en avais l’habitude. Le Fuji a véritablement changé en profondeur ma façon de faire certain type de photos, chose à laquelle il n’était pas du tout prédestiné en ce qui me concerne. Petit à petit, j’ai commencé à trouver le 50mm de mon réflex un poil trop long, avec une profondeur de champs trop étroite à 1.4, nécessitant trop de recul, une vitesse trop élevée en basse lumière…
Le 35mm de Nikon m’intéressait donc de plus en plus, et j’étais à deux doigts de craquer lorsque Sigma a annoncé un concurrent qui semblait prometteur sur papier. J’ai essayé, j’ai comparé, et j’ai tout de suite été convaincu par le Sigma.

Quels sont,selon toi, ses points forts et ses points faibles?

Yann Provost: En premier lieu son piqué, Sigma a vraiment frappé fort de ce coté. Dés la pleine ouverture, c’est une merveille de détails. Ensuite pour un 35mm il ne déforme pas tant que ça et peut même être utilisé en portrait avec un peu de rattrapage.

Malheureusement, je trouve que pour ce prix et ce niveau de finition, Sigma aurait pu le rentre « tous temps », comme la série L de chez Canon, ou du moins un peu plus robuste.
Le mien a terminé sa vie rapidement suite à sa rencontre avec un peu d’eau salée (AF HS).

Christophe Garnier: J’avais écrit un article sur mon blog pour donner mon ressenti et j’avais expliqué que cet objectif était, à ma plus grande surprise, de la même trempe que mon 135mm ƒ/2 L en ce qui concerne le rendu et comme j’adore cet objectif, il en est de même pour le 35mm Sigma. Ses points forts sont sa qualité de fabrication, sa réactivité, le rendu, bref quasiment tout. Je dis quasiment car je regrette juste qu’il ne soit pas « tout temps » et qu’il n’y ait pas de joint sur la baïonnette même si je n’ai pas rencontré de problème sous la pluie et le revêtement de la partie brillante du fût qui marque plus que le restant de l’objectif mais rien de bien dramatique.

CG - dark_horse

Laurent Cagna: Ses + : objectif lumineux, qualité de construction, qualité d’image, bokeh… en fait, tout.

Ses – : euh… le bouchon d’objectif que je n’arrive jamais a remettre en place du 1er coup ? 😉 Un seul petit bémol: sur un capteur FF, j’ai tout de même vu un léger vignettage à pleine ouverture, bien que ce soit normal vu le rapport ouverture/focale, je préfére avertir.

Pascal:  J’aime tout sur cet objectif, la construction, l’ergonomie, la finition, de piqué, le bokeh, l’autofocus et… le prix. A mon avis, son seul et unique point faible est qu’il n’est pas tropicalisé. Mais tout ça, je pense que pas mal de monde le sait déjà…  Alors je vais plutôt me pencher sur les questions suivantes: un 35mm 1.4, ça sert à quoi, on l’utilise pour quoi, dans quelles conditions?

Tout d’abord, il s’utilise sur un boitier plein format. En DX (ou APS-C), je n’ai jamais essayé, mais j’imagine que ça perd un peu de son charme et surtout que ça fait vraiment cher pour un équivalent 50mm avec une profondeur de champ comparable à 1.8, voir 2.0…
De plus, je ne l’utilise jamais en studio, où je dispose généralement beaucoup de lumière et ferme le plus souvent au min à 8. Dans ces conditions, n’importe quel 24-70, même peu lumineux, m’est bien plus utile qu’un 35mm fixe.
Là où le 35mm est vraiment dans son élément, c’est en reportage. Il excelle dans ce domaine, c’est un vrai « raconteur d’histoire ». Je l’utilise le plus souvent couplé au 85mm, et avec ces deux-là je couvre tous mes besoins. Pour moi, son véritable concurrent c’est le 50mm 1.4, qui est d’ailleurs l’objectif que j’utilisais avant en reportage, seul.
Voici les avantages que je trouve au 35 par rapport au 50:
-Il permet de réussir des photos dans une obscurité extrême (on gagne presque un stop en vitesse à main levée)
-Il est plus tolérant au niveau PDC (là aussi on gagne pratiquement un stop à 1.4) tout en gardant un bokeh magnifiquement soyeux
-Il est parfait pour rendre compte de l’ambiance et du contexte autour du sujet (ce qui demande souvent trop de recul au 50), il permet de se rapprocher plus et de se mettre au coeur de l’évènement, ce qui transpire d’une manière ou d’une autre dans les photos
-Il conserve un rendu naturel, il ne déforme pas trop la réalité (contrairement à un 24mm par exemple)
Les désavantages que je trouve au 35 par rapport au 50:
-Il nécessite souvent d’emporter un deuxième objectif (85mm 1.4 par exemple), voir un deuxième boitier pour capturer des sujets plus isolés ou fondre des arrières plans sans intérêts/qu’on ne veut pas montrer. Avec les deux, je dispose d’une palette plus large, mais avec le 50mm, je n’ai besoin que d’un seul objectif en reportage….

Conseillerais-tu son achat, notamment par rapport à la concurrence?

Yann Provost: Oui. C’est un très bon investissement, d’autant que le prix a (un peu) baissé depuis son lancement. Il vaut nettement son concurrent chez Canon (35/1.4L) en terme de qualité d’image. Je n’ai pas été déçu de ce point de vue.

Christophe Garnier: Oui et sans sourciller ! Cet objectif est vraiment excellent, il a un très bon rapport qualité/prix, très bien construit et vraiment moins cher que la concurrence tout en étant un cran au-dessus alors pourquoi se priver !!

Laurent Cagna: Absolument, pour toutes les raisons ci-dessus.

Je n’ai pas eu d’objectif 35mm à grande ouverture d’autres marques dans les mains, je ne pourrais donc pas parler de la qualité d’images ou de la construction mais rien que le prix a déjà de quoi convaincre. Un objectif pareil à un prix pareil, il n’y a pas a hésité !

Pascal: Si on cherche un 35mm 1.4, ce Sigma est dans la plupart des domaines plus performant, et au pire équivalent, à ses concurrents. En plus il est beaucoup moins cher. A moins d’avoir absolument besoin de la tropicalisation, je ne vois aucune raison valable de lui préférer son homologue Nikon. Si on compare à Canon, j’ai l’impression que c’est encore plus flagrant, même si je n’ai que très peu d’expérience à ce sujet. L’AF est pour moi primordial : le piqué d’un objectif n’a de valeur que si la mise au point et rapide et chirurgicale, ce qui est le cas duSigma, qui est en prime un poil plus rapide que le Nikon en utilisation quotidienne. C’est une question de gout, mais je le trouve aussi mieux fini et plus beau que le Nikon.

Il faut tout de même bien se rendre compte que tout ceci est une véritable petite révolution dans la hiérarchie des objectifs. Jamais auparavant je n’aurais pensé un jour préféré un Sigma à son équivalent Nikon sur ses qualités intrinsèques (mises à part donc les raisons budgétaires).
Il ne faut pas généraliser pour autant… il s’agit bien du seul objectif Sigma capable de rivaliser pour l’instant. En dehors 35mm 1.4, et peut être du 50mm 1.4 que Sigma vient de mettre sur le marché et au sujet duquel je ne peux donc pas encore me prononcer, aucun zoom 2.8 ni aucune autre focale fixe de la marque n’arrive à égaler son équivalent Nikon. Auparavant, la force d’un Sigma tenait dans le prix, ou de le caractère unique et exotique de l’objectif (je pense par exemple au 12-24 full frame ou au 150mm macro 2.8 OS). Mais un virage semble avoir été pris, ce qui nous promet peut-être de belles surprises dans des catégories plus conventionnelles pour les années à venir.
Maintenant la question la plus importante reste de savoir si on a vraiment besoin d’un 35mm 1.4… 😉

Peux-tu nous présenter la meilleure photo que tu as faite avec cet objectif?

Yann Provost: Difficile de trouver la « meilleure », donc je vais plutôt montrer ce qu’on peut faire avec 2 cas de figure différents.

La première étant une photo de famille avec studio mobile, à petite ouverture.

yp (2)

La deuxième, une photo de détails, à pleine ouverture.

yp (1)

A vous d’apprécier les qualités techniques de l’objectif 🙂

Christophe Garnier: Alors ce n’est peut-être pas la « meilleure » mais il s’agit plutôt d’une photo sortie de la dernière série que j’ai réalisé en compagnie d’Andrea pour une séance boudoir organisée à son domicile. Cette optique est vraiment pratique lorsque les pièces n’ont pas assez de recul comme c’était le cas sur cette séance.

CG -Andrea

Laurent Cagna: En 1 mois de service, j’ai relativement peu de photos « publique », mais en voici deux que j’aime bien. L’une vous prouvera que 35mm est vraiment idéal et la 2ème vous montrera déjà un joli bokeh à f/2.0 .

Glamica (1)

Glamica (2)

Pascal: Non… enfin, pas vraiment!

Je photographie presque exclusivement des personnes mais je ne dispose pas des droits nécessaires pour rendre ces photos publiques. Il faudra donc que je me rabattre sur autre chose, même si je n’ai presque rien en magasin.
J’ai plutôt décidé de vous montrer des photos de tous les jours qui me semblent emblématiques des capacités de l’engin. Ce ne sont ni les meilleures photos du monde, ni les plus intéressantes, mais elles ont le mérite d’avoir été prises dans des conditions relativement extrêmes qui rendent normalement la prise de vue très compliquée… mais ça c’était avant le 35mm 1.4…
ISO 12800 f/1.4 1/8s à RAW à main levée, léger réglages dans lightroom, l'unique éclairage vient de la lune, loin d'être pleine!

ISO 12800 f/1.4 1/8s à RAW à main levée, léger réglages dans lightroom, l’unique éclairage vient de la lune, loin d’être pleine!

ISO 3600 f/1.4 1/100s RAW à main levée, brute de capteur, AUCUN réglage dans lightroom, heure bleue!

ISO 3600 f/1.4 1/100s RAW à main levée, brute de capteur, AUCUN réglage dans lightroom, heure bleue!

ISO 1140 f/2.2 1/100s RAW à main levée, léger réglages dans lightroom, Téquila-Vodka-Curaçao!

ISO 1140 f/2.2 1/100s RAW à main levée, léger réglages dans lightroom, Téquila-Vodka-Curaçao!

J’oubliais presque, le Sigma est aussi mon indétrônable objectif pour photographier la fête!!! Et rien que pour ça…. 😉

Le site internet de Yann: http://www.photographe-rennes.net
Le site internet de Christophe: http://www.capturesdigitales.fr/
Le site internet de Laurent: http://www.glamica.ch/

Le site internet de Pascal: http://www.alacartestudio.com/

Conclusion:

Sans équivoque! Et je n’ai pas trié les témoignages, j’ai lançé un appel sur Twitter et j’ai pris dans l’ordre d’arrivée 😉 Pour peu que l’on apprécie cette longueur de focale… ce qui est courant puisque nous sommes pour beaucoup d’entre nous habitués à utiliser notre smartphone dont la focale (en équivalent 24×36) est souvent proche de 35mm (comme les 33mm de l’appareil photo de l’iPhone par exemple). C’est donc une focale un peu passe-partout qui permet des faire des portraits sans trop de déformations si on ne cadre pas trop serré ou du reportage « en immersion ». L’ouverture à 1.4 est un délice même si à ce type de valeur, la moindre erreur de mise au point est catastrophique. Les photos « ratées » sont très courantes à pleine ouverture sauf à travailler sur pied et sur des sujets immobiles.

Le tarif est élevé mais contenu pour ce type d’ouverture et la qualité exemplaire… pourquoi se priver?

Et vous chers lecteurs, possédez vous cet objectif? Et si non, vous laisseriez vous tenter?

Probablement le meilleur 35mm à grande ouverture sur le marché! Tout y est: qualité de fabrication exemplaire et qualité optique de très haut vol!
  • 746€ en monture Canon (prix sujet à variation)
  • 5
    editor rating
12 réponses
  1. yveslyon
    yveslyon dit :

    Bien ce test, bel article.
    Je n’ai pas cet objectif, ni cette longueur de focale, mais ça me parait intéressant à la lecture des avis de chacun. Je bosse plus avec mon 50mm, et ne voyais pas l’utilité du 35, surtout que j’ai un 10mm… Mais à la lecture de ce test, je me dis pourquoi pas, ça pourrait être intéressant de travailler avec cette longueur de focale.

    Donc, à réfléchir, mais pour répondre à la question de la fin de l’article, oui, je pourrais me laisser tenter…

    Répondre
    • Marc
      Marc dit :

      Non, non, c’est moi qui joue avec des Little Pony! 😀

      Et de rien pour ta participation, c’est toujours un plaisir d’avoir des avis complémentaires et des photos différentes… et ce d’autant plus que j’ai fait des centaines de photos avec mais très peu que je peux montrer, soit parce qu’elle sont prise dans mon cercle familial, soit parce que mes « clients » ne me donne pas le droit de les diffuser.
      Marc Articles récents..[Test terrain] L’objectif Sigma 35mm f/1,4 DG HSM ArtMy Profile

      Répondre
  2. catfishs
    catfishs dit :

    Merci Marc pour ce chouette article et ça m’a fait vraiment plaisir d’avoir pu y contribuer. En plus, ça va me permettre de découvrir le boulot de Laurent et Pascal !

    Répondre
  3. Christian Cuennet
    Christian Cuennet dit :

    Je me permet de rebondir sur le commentaire de Pascal… En effet, je trouve très très limite d’affirmer que Sigma arrive à la cheville de Nikon qu’avec « un seul objectif » , le 35mm, que c’est un cas isolé et qu’aucun autre n’y arrive pour le moment…

    Sigma n’a pas attendu les nouvelles séries Art, Sport pour proposer des objectifs qui exploitent à merveille les capteurs les plus récents… Malheureusement les préjugés Sigma sont persistants surtout chez les pros… Étonnamment ceux qui ont vraiment ouverts leurs esprits et leurs yeux ont tous craqués pour 1, 2 ou 3 objectifs Sigma qui les équipent depuis plusieurs années… Rien qu’en « ef-s/DX » donc DC, Sigma propose 17-50/2.8, 50-150/2.8 ou encore le 30mm/1.4 qui n’ont absolument mais alors absolument rien à envier au point de vue qualité à leur homologues Canon ou Nikon, pour autant les deux Dieux de la photo ont l’équivalent dans leur gamme…
    Lorsqu’on prend le bon vieux 24-70mm/2.8 EX DG HSM, pas mal de pros craquent pour lui par le fait qu’il est plus compact, moins cher et que optiquement sur le D800, D800E ou D4, il tiens la dragée bien haute à son homologue Nikon… (En Canon par contre, la série II de leur 24-70 et le Tamron aussi d’ailleurs, sont plus pointu au niveau optique, mais c’est pas franchement le cas chez Nikon….)
    Après si on élargi la gamme EX et qu’on compare sérieusement les 105mm/2.8 macro, 150mm/2.8 macro, 180mm/2.8 macro (le 180mm absolument sans concurrence au niveau qualité optique), ou encore le 85mm/1.4… Celui qui affirme qu’ils sont derrières leurs homologues Canon ou Nikon est d’une bien mauvaise foi…
    Aujourd’hui la gamme Art, Sport produit également 120-300/2.8, 18-35/1.8, 24-105/4.0 par exemple, là c’est encore pire, le 120-300 pour son prix et sa polyvalence qui a surpris bien des pros en photo de nature et surtout des pros en photos de sport ou encore le 24-105 qui écrase sa concurrence et le 18-35 qui est le premier zoom 1.8 au monde et qui de plus est le meilleur zoom jamais produit toutes marques confondues… On n’oubliera pas le 50mm/1.4 Art qui remet à sa place, entre autre, le bien cher et bien tristounet 58mm/1.4…

    Bref, pas que je veuille susciter le débat Sigma, c’est juste un « petit coup de gueule » à cette nouvelle tendance aujourd’hui qui dit que le 35mm est une exception, les exceptions sont plutôt au nombre de 10, 11 ou 12 objectifs de la gamme… Mais bon…

    Répondre
    • AlaCarteStudio
      AlaCarteStudio dit :

      Salut, tu fais bien de réagir sur ce point car c’est vrai que cela mérite peut-être une (longue) clarification.

      D’abord je n’ai pas dit que le Sigma 35mm arrivait à la cheville du Nikon, j’ai dit qu’il était meilleur (sauf pour la tropicalisation)!!!!

      Ensuite je n’ai rien contre Sigma, je suis même très content de voir qu’ils ont pris ce virage, cela va faire beaucoup de bien à mon budget. 🙂

      Enfin tu dis que beaucoup ont adopté Sigma depuis bien longtemps, et c’est effectivement tout à fait normal car cette marque à toujours proposé un bon rapport qualité/prix. Sauf que mon commentaire précise bien que je ne parle pas de rapport qualité/prix, uniquement de performance pure.

      On ne peut pas non plus m’accuser de ne pas avoir « l’ouverture d’esprit » nécessaire, en effet je pense que je sais de quoi je parle: j’ai acheté (oui, j’ai bien dit acheté, avec mes petits soussous à moi) beaucoup chez Sigma au cours de cette dernière décennie. A une époque, j’étais même pratiquement entièrement équipé Sigma… et finalement, soit je les ai revendus, soit ils prennent la poussière sur une étagère. Le seul que je conserve précieusement est le 150 macro (je le cite d’ailleurs dans mon commentaire).

      Ceux que j’ai possédé ou que je possède toujours (je t’épargne les objectifs sans AF que j’ai depuis presque 20 ans sur mon AE-1 program):
      -le 17-35mm 2.8-4 EX (plus en production): optiquement pas terrible, AF moyen, ergonomie et fiabilité pas terrible, fragile -> très loin du 17-35 2.8 Nikon, à des années lumières du 14-24mm Nikon -> vendu pour le 12-24 Sigma (voir plus bas)
      -l’ancien 24-70 2.8 : optiquement pas terrible, AF mauvais, ergonomie et fiabilité très très mauvaise, très très fragile -> à des années lumières du 24-70mm Nikon -> vendu
      -le dernier 24-70 2.8 (acheté comme backup du Nikon car c’est l’optique que j’utilise le plus) : optiquement mieux que l’ancienne version mais vraiment pas au niveau du Nikon, AF moyen, mieux que le précédent sur l’ergonomie et fiabilité mais vraiment pas au niveau du Nikon. Tu dis qu’il tient la dragée haute… honnêtement je pense sincèrement que tu te trompes, pour moi, y’a pas de débat au niveau qualité pure. Je ne dis pas que c’est un mauvais compromis qualité/prix, je dis juste que si on fait abstraction du prix, on est loin du compte -> je ne l’utilise pas (mais bon, c’est un peu normal, c’est un backup). Tu parles aussi du Tamron… je l’ai testé une seule journée, le fait d’avoir la stabilisation c’est un vrai plus (surtout pour la vidéo en ce qui me concerne, car pour la photo, je n’en ai pas besoin personnellement), mais, même en une seule journée de test d’un point de vue optique, AF et qualité de construction, le Nikon est sans conteste un cran au-dessus.
      -le 12-24mm EX (ancienne version): objectif formidable, j’ai vraiment eu mal lorsque je m’en suis séparé parce qu’il est unique en son genre (le seul à couvrir 12mm en full frame), mais optiquement très très loin du 14-24 2.8 Nikon (ce qui est également vrai pour la nouvelle version), par contre je trouve l’af, et la construction plus réussie sur l’ancienne version que sur la nouvelle. Très fiable, aucun problème… mais bon… il n’ouvre pas à 2.8, et encore une fois, très loin du 14-24 optiquement -> vendu pour le 14-24 2.8 Nikon
      -le 70-200 2.8 (ancienne version): optiquement pas terrible, ergonomie et fiabilité ok, construction moyenne. un bon rapport qualité prix (il est pour rien en seconde main) mais le VRII est tellement exceptionnel… -> vendu pour le 70-200 2.8 VRII Nikon
      -le 150 macro 2.8 OS ex. Objectif formidable et, lui aussi, unique en son genre (seul 150mm macro). Optiquement vraiment excellent (mais tout de même un poil de cul en dessous du Nikon 70-200 2.8 VRII, surtout au niveau du micro contraste), très bon en macro, très bon en portrait serré (bien meilleur que le Nikon 70-200 2.8 VRII à ce niveau), je l’utilise donc en complément du VRII car ils sont… complémentaires. Par contre, problème au niveau de l’OS qui « saute » lorsqu’il s’enclenche, ce qui rend la cadrage aléatoire et fait perdre le sentiment de qualité… j’ai toujours un peu peur qu’il me plante en plein milieu de shooting, ou que mes photos soient floues; tout cela à cause de ce petit saut d’image auquel je n’arrive pas à m’habituer -> il toujours dans mon sac!

      De plus, j’ai aussi testé
      -le dernier 70-200 2.8 (avant de finalement acheter le Nikon VRII), optique et AF franchement moins bon que le Nikon, construction ok mais un cran en dessous.
      -le 120-300 2.8 (avant d’acheté le Nikon VRII), très bel objectif, mais optiquement moins bon que le Nikon VRII sur les focales équivalentes, et à 300mm, en toute objectivité, à des années lumières du Nikon à 2.8, je préfère louer un 300 2.8 quand j’en ai besoin (càd pas très souvent) et avoir le VRII. Encore une fois, peut-être un bon rapport qualité prix, mais pas comparable si on se base que sur les performances pures uniquement. Ceci dit, il est lui aussi unique en son genre car c’est le seul à offrir cette flexibilité. Notes que je précise bien dans mon commentaire que les objectifs exotiques tels que celui-ci sont une des forces de Sigma… 😉
      -le 85mm 1.4 (test uniquement une après-midi, pour remplacer mon 85mm 1.4 AF-D et avant de finalement acheter le 85mm 1.4 AF-s Nikon) je l’ai trouvé bien, mais c’est l’AF qui m’a posé quelques ratés alors que le Nikon est chirurgical à tous les coups, et à 1.4 sur un 85, ça ne pardonne pas! Tu diras que je suis de mauvaise foi, mais c’est réellement ce que j’ai observé dans la vraie vie, alors, bon….

      Je ne connais ni le 24-105, ni le 24-120 donc je n’en parle pas (c’est une des raison pour laquelle je précise « zoom 2.8 » dans l’article)

      Par contre, effectivement tout ce qui est format DX, je ne sais pas, je n’en ai jamais possédé, ni chez Nikon, ni chez Sigma, ni ailleurs… Aucune idée… j’aime pas le format DX 😉
      Déso pour le 18-35 1.8, mais je t’accorde bien volontiers que cet objectif (lui aussi très exotique) a beaucoup de qualités et qu’il confirme le virage de Sigma post 35mm dont je parle.

      Les autres zooms 2.8 DX ou les gros télés fixes genre 300mm+, j’avoue que je ne connais pas du tout les Sigma et j’aurais dû le préciser…

      Bref, comme tu le vois, lorsque je prends la peine d’écrire un commentaire, ce n’est pas juste pour le plaisir ou pour rigoler, j’essaye tout de même un peu de parler en connaissance de cause, sinon ce que j’écris ne vaut rien et je perds toute crédibilité auprès des personnes qui me lisent.

      Je continue de penser qu’il y a bien eu un virage chez Sigma et que le 35mm est le premier (et le seul à ce jour) à être globalement aussi bon voir meilleur que ses « homologues » chez Canikon. Cela ne veut pas dire que les précédents son mauvais, simplement que auparavant chez Sigma, cela pouvait être très bon sur certains points, mais il y avait toujours un truc qui clochait à un niveau ou à un autre (contrairement aux homologues de la gamme pro Canikon qui sont beaucoup plus homogène). Beaucoup de photographes ont fait le choix de Sigma car ils pouvaient vivre avec ce(s) petits défaut(s) (moi le premier, on n’a heureusement pas tous les mêmes critères dans nos choix, ni les mêmes exigences). Mais le fait que cela soit en train de changer, et que Sigma propose maintenant des objectifs pro (fixes <200m ou zooms FX 2.8) sans aucun compromis qualitatif par rapport à les équivalents Canikon (hors objectifs exotiques donc), ça c'est à mon avis une grande nouveauté, et c'est surtout une vraie bonne nouvelle. C'est tout ce que je dis…

      Maintenant en ce qui concerne le nouveau 50mm 1.4 ART, lui il m'intéresse beaucoup aussi! Content de voir que tu as déjà pu le testé en monture Nikon et le comparer au 58 1.4. Comme je l'explique dans l’article (si si, j'en parle), je ne peux pas encore me prononcer personnellement, je pensais qu'il n'était pas encore dispo. Donc, je ne l'ai pas essayé… Tu peux m'en dire un peu plus?
      AlaCarteStudio Articles récents..[Test] Essai terrain du Nikon AF-S NIKKOR 14-24mm f/2.8G EDMy Profile

      Répondre
      • Alex
        Alex dit :

        Bonjour,
        j’arrive un peu tard dans le débat, mais je suis clairement de l’avis de Christian. Comparer les anciens Sigma axés plutôt basse ou moyenne gamme aux objectifs pros de Nikon est un peu de la mauvaise foi, la performance doit être associée au prix, qu’un Sigma a 400€ soit moins bon qu’un Nikon à 1500€ heureusement, mais qu’un Sigma a 700€ soit meilleur qu’un Nikon à 1400€… Sigma a prévu de sortir un 24-70 Art et un 70-200 Sport, ainsi qu’un 85 Art, qui viseront le haut de gamme et qu’on pourra vraiment comparer aux équivalents haut de gamme Nikon, et à ce moment-là je parierais bien un petit billet que les Sigma seront meilleurs et moins chers, au même titre que le 35mm A qui n’est plus le seul puisque les 20 (unique), 24 et 50 sont également meilleurs en terme de performance pure (bien que ce dernier soit en revanche plus cher). Il faudrait aussi nous dire quel 120-300 tu as eu, la version Sport qui remplace l’ancienne version est meilleure. Le 24-105 en revanche n’écrase pas tant que ça la concurrence, c’est plutôt la concurrence qui a été un peu trop frileuse avec ses 24-105 et 24-120 ^^. Et le récent 24-35 f/2 A par contre écrase la concurrence zooms/fixes dans ces focales comme le 18-35 l’a fait en APS-C (il rivalise même face au 24A et au 35A testé ici).
        Enfin, je ne vais pas entrer dans un débat sur le 58 f/1.4 considéré tristounet par ceux qui cherchent une focale standard fixe de qualité en toutes circonstances et exceptionnel par ceux qui l’utilisent dans les situations précises auquel il est destiné, faisant partie de la première catégorie j’ai aussi préféré le 50 A donc je peux te le dire ayant eu avant la version Nikon ils ne sont pas comparables, le Sigma est bien devant jusqu’à chatouiller l’Otus 55 f/1.4 de Zeiss.

        Répondre
  4. Dan
    Dan dit :

    Excellent article ! En le testant à l’event sigma romandie je savais ensuite que ça allait être mon miens ! :p

    Reste à réunir les fonts, mais cet article me conforte fortement dans mon choix et fait passer mon degré d’impatience de 15% a 99% ! 😀

    Vivement 🙂

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Découvrez le test sur le terrain du Sigma 35mm f/1,4 DG HSM Art avec l'avis de 4 photographes qui utilisent couramment cet objectif  […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge