Comment donner un effet maquette à vos photos?

Parmi toutes les techniques que j’utilise en photographie, l’effet maquette est l’une de mes préférées avec la photo panoramique et le Strobist. Vous avez déjà certainement vu ces photos ou ces films dans lesquels le sujet principal ressemble à un petit objet, miniature, comme si on avait pris en photo un jouet, des Lego ou encore un train électrique de très près avec un objectif macro. Ce qui donne cette impression, c’est simplement la profondeur de champs très courte ou une zone de netteté très localisée. On retrouve cette profondeur de champ très limitée lorsqu’on prend par exemple un insecte sur une fleur à un rapport 1/1 par exemple. Parfois, cette zone mesure seulement 2 à 3mm.

2013-08-02 09.52.26_TiltShiftGenerator

Photo prise avec un iPhone et traitée avec Tiltshift Generator sur PC

Le principe de l’effet maquette:

Cette zone ultra courte est difficile à reproduire si on s’éloigne du sujet. Il faudrait peut-être un 50mm f/0.1 pour obtenir une zone de netteté de 5m avec une distance de mise au point de 50m (pour faire des calculs, rendez-vous sur cette page). Facile! Bon, il n’y a qu’un problème… il n’existe pas d’objectifs possédant une telle ouverture… et s’il existait un jour, il vaudrait probablement plusieurs millions d’euro!

Pour résoudre ce problème, les opticiens ont inventé les objectifs à bascule (tilt en anglais) et décentrement (shift en anglais) qui permettent de jouer sur la perspective et la profondeur de champ grâce à leur conception « articulée ». Je vous renvoie à la lecture d’un article sur les objectifs de ce type sur Wikipedia, les explications sont limpides!

Pour l’effet maquette, on utilise uniquement la composante « bascule » d’un objectif tilt-shift. Grace à lui, on va pouvoir choisir précisement l’emplacement et la dimension de la zone de netteté. Compte-tenu des réglages disponibles, la plupart de ces objectifs fonctionnent en mode manuel (y compris l’ouverture du diaphragme chez Samyang). Nous verrons plus tard les quelques inconvénients qui existent lorsque l’on utilise ces objectifs.

Ces objectifs spécialisés semblent la panacée mais ils présentent un inconvénient de taille: leur prix. D’environ 1000€ pour du Samyang à plus de 2000€ pour un Canon équivalent par exemple. Ce n’est clairement pas à la portée de toutes les bourses… surtout pour l’usage auxquels ils se destinent! A moins d’être un amateur de photo d’architecture, il y a peu de chance que vous possédiez ce type d’objectifs.

Il existe des alternatives « low-cost » dont la marque la plus connue est Lensbaby. Le principe de la bascule est le même mais la constrution tient plus du « toycamera » que de l’objectif photo haut de gamme. Donc bonjour les défauts optiques! Par contre, pour une centaine d’euro on a déjà de quoi s’amuser.

Dernière option: des adaptateurs pour objectifs plus anciens comme la marque Pentacon, Arax… Le rendu peut-être sympa mais on est aussi un cran en dessous au niveau qualité de construction et les réglages plus aléatoires avec certains modèles.

A coté de ces solutions matérielles, il existe des logiciels pour donner un effet maquette à vos photos, en post-traitement. Sur tous les supports et système d’exploitation, on trouve maintenant des solutions gratuites ou bon marché pour transformer une photo « classsique » en une photo qui donne l’impression d’avoir été prise avec un objectif tilt-shift.

Mais avant de passer à la pratique, voici quelques conseils, valables pour toutes les méthodes et outils. Comme toujours en photographie, plus on soigne la prise de vue, plus la partie post-production sera aisée et le résultat convaincant.

  • composer sa photo un peu de la même manière que n’importe quelle photo: plusieurs plans, un sujet précis, avec des lignes directrices, respect de la règles des tiers… Le fait de pouvoir intégrer un premier plan est un vrai plus. L’idéal étant d’avoir une zone floue devant et derrière le sujet principal.
  • veiller à prendre la photo en « plongée », avec un angle suffisant pour pouvoir limiter la zone de netteté à une bande étroite sans qu’elle ne touche le premier plan ou l’arrière plan. Prendre la photo avec un angle d’au moins 30° permet aussi de donner l’impression qu’on regarde « de haut » un jouet ou une maquette… comme si on jetait un oeil dans une maison de poupée 😉
  • Le sujet ressort en général mieux s’il est bien coloré: une voiture rouge, des baigneurs en maillots de bain multicolores. L’idée c’est de les faire ressembler à des jouets: les Lego, Playmobil et autre Majorette sont presque toujours dans des teintes vives.
  • En ce qui concerne le choix de l’ouverture, je préconiserai de fermer suffisamment pour avoir une grande zone de netteté à la prise de vue. Il vaut mieux gérer le flou entièrement avec le logiciel de traitement. Evidemment, cette remarque ne concerne pas les objectifs tilt-shift qu’il faut régler à la prise de vue.
  • Enfin faites attention à ne pas avoir un élement du premier plan qui masquerait même partiellement votre sujet: par exemple, un poteau, une branche….Vous ne pourriez pas appliquer le traitement « tilt-shift » convenablement. En effet, cet élément de votre premier plan présenterait des zones nettes et des zones floues « illogiques »: floue en bas, nette au milieu et floues en haut. Si c’est le cas, et seulement si vous utilisez la technique du post-traitement, il vous faudra utiliser la technique du masquage sur Photoshop pour éviter ce désagréement.

Comment réaliser une photo tilt-shift?

Voyons cela en détail suivant votre matériel!

Créer un effet maquette avec un un smartphone, compact, ou un réflex + post-traitement

C’est la solution la plus rapide et la plus économique! Si certains modèles récents proposent la possibilité de rajouter ces effets directement sur l’appareil, pendant ou après la prise de vue, elle est souvent anecdotique. En effet, la plupart du temps, il est impossible de faire des réglages fins de l’effet maquette. L’appareil se contente de découper la photo en 3 zones. Le haut flou, le milieu net, et le bas flou. Ca fonctionne mais il faudrait faire attention à placer le sujet principal.

Pour illustrer mon propos, j’ai demandé à Thomas Benezeth de m’envoyer quelques exemples de photos prises avec la fonction tilt-shift de son Fuji X100s. Voici ce que cela donne!

Tilt-shift par Thomas Benezeth - Fuji X100s

Tilt-shift par Thomas Benezeth – Fuji X100s

Tilt-shift par Thomas Benezeth Fuji X100s

Tilt-shift par Thomas Benezeth Fuji X100s

L’effet est plutôt bien réussi, si ce n’est le centrage de la zone de netteté qui limite les possibilités.

Si vous ne possédez pas d’appareil avec l’effet maquette intégré, pas de problème. Prenez simplement une photo avec votre appareil favori (même avec votre smartphone), en respectant bien les règles de prise de vue mentionnées plus haut.

Une fois la photo prise vous avez plusieurs méthodes pour lui donner un effet maquette.

Utiliser un service en ligne

Le plus simple à utiliser est Tiltshift maker. C’est très facile: vous uploadez votre photo sur le site. Ensuite vous n’avez plus qu’à ajuster les paramètres de l’effet: la taille de la zone de flou, son emplacement, la transition entre les zones et même la forme du bokeh. Il ne manque qu’une chose, la possibilité d’agir sur les paramètres classique de retouche (luminosité, contraste, saturation). Vous devez donc avoir fait ces réglages avant d’utiliser ce service. Il existe cependant une touche « Enhance colors » qui est assez efficace sur des sujets simples à traiter.

Capture d'écran 2014-04-03 21.16.05

Capture d’écran Tiltshift maker

Capture d'écran 2014-04-03 21.16.15

Capture d’écran Tiltshift maker: l’ensemble des réglages

C’est gratuit mais vous pouvez vous enregistrer pour bénéficier de fonction supplémentaires (+ de formes de bokeh, export en très grande résolution…). Le prix est très raisonnable (1$ par mois) même si je ne suis pas très amateur des abonnements.

Le gros plus de cette application, notamment dans sa version payante, c’est très certainement la forme du bokeh dont on peu faire varier la forme (ronde, hexagonale, « coeur ») et qui donne un effet de flou très naturel, comme celui qu’on obtiendrait avec un objectif haut de gamme.

Utiliser une application Android ou iPhone

Tout le monde ou presque dispose aujourd’hui d’un smartphone. Les applications photos sont parmi les plus populaires sur les Stores d’applications. Il en existe plusieurs. Je ne les ai pas toutes testées. En fait, j’en utilise deux, Tiltshift Generator (version gratuite et payante) et TiltShift video (payante: 4.49€): la première pour sa facilité d’utilisation et la deuxième parce qu’elle permet de donner un effet maquette aux photos mais aussi aux vidéos comme celles que j’ai réalisées:

Voici comment fonctionne tiltshift generator:

  1. prenez une photo ou importez la depuis la pellicule
  2. choisissez la forme de la zone de flou, son étendue et sa progressivité
  3. modifiez éventuellement: saturation, contraste, luminosité
  4. rajoutez du vignettage si besoin (ce n’est pas indispensable mais cela donne un effet toycamera qui peut être sympa)
  5. enregistrez-la dans la pellicule ou partagez la sur les réseaux sociaux!
Application Tiltshift generator

Application Tiltshift generator

Le résultat

Le résultat

C’est rapide et efficace.

Prise avec un iPhone 5 et traitée avec l'application iOS TiltShift Generator

Prise avec un iPhone 5 et traitée avec l’application iOS TiltShift Generator

Outre les 2 applications mentionnées ci-dessus, il en existe beaucoup d’autres, payantes ou gratuites, pour iOS ou Android: n’hésitez pas à les tester pour trouver celle qui vous convient le mieux. Il existe notamment Snapseed, sur iOS et Android, qui donne de bons résultats aussi.

Astuce: N’oubliez pas que vous pouvez toujours importer une photo prise avec votre appareil dans votre smartphone ou votre tablette: vous pouvez alors utiliser une de ces applications pour leur donner un effet maquette!

Utilisez un logiciel de retouche photo

C’est la solution la plus efficace sans aucun doute, mais aussi la plus coûteuse en post production puisqu’il vous faudra probablement acheter un logiciel pour avoir un résultat à la hauteur de vos attentes. J’ai fait quelques essais sur Photoshop et son alter ego « libre » Gimp et avec un peu de travail on obtient un effet maquette intéressant mais limité en terme de rendu si on ne maitrise pas suffisamment ces logiciels. Vous pouvez vous reporter à l’article d’Antoine, d’1point2vue, qui propose un tutoriel sur Gimp.

Avec Gimp (gratuit)

Le principe de traitement est le suivant:

– créez un calque depuis l’arrière-plan

– appliquez-lui un filtre flou (environ 10px): l’image visible est maintenant complètement floue

– créez un masque de fusion sur ce calque (blanc)

– appliquez un dégradé de haut en bas et de bas en haut: ce qui a pour effet de faire apparaître l’arrière-plan net de manière progressive au bout du dégradé.

Vous pouvez ensuite ajouter des calques de réglages: saturation, contraste…. selon l’effet recherché.

Avec Photoshop

Le principe de traitement est exactement le même qu’avec Gimp. Si vous avez la chance de travailler sur la version CS6 de Photoshop, il existe même un filtre « tilt-shift » dans les filtres de flou. N’ayant pas cette version, je n’ai pas pu tester mais, vous pourrez en apprendre plus en lisant ce tuto (en anglais). Le résultat a l’air très convaincant!

Et avec Lightroom?

Petite variante avec Lightroom et son filtre gradué qui agit de la même manière: sélectionné l’outil filtre gradué en haut à droite des outils, dans les options qui s’ouvrent réglez la netteté sur et la clarté-100. Comme avec Gimp ou Photoshop, partez d’en haut et tirez jusqu’à la zone qui doit rester nette puis idem depuis le bas.

lightroom-1

Le souci avec Lightroom, c’est que le flou est un peu trop léger. Il vous faudra peut-être appliquer un deuxième filtre gradué avec les même réglages par dessus les premiers ou bien utiliser la curseur clarté en valeurs négatives mais c’est un peu du bricolage.

Peut-être vaut-il mieux utiliser un logiciel spécialisé: Tilt Shift Generator ?

J’ai contacté Evgeniy Baryshnikov le PDG et fondateur d’Artensoft qui édite entre autres Tilt shift generator (sur PC uniquement) pour tester son logiciel dédié à l’effet maquette:

Comme avec les applications ou services en ligne dédié au tilt-shift, ce logiciel est très simple d’utilisation. On charge une photo et on applique toute une série de réglages: taille et emplacement de la zone de netteté, forme du flou, progressivité du flou, forme du bokeh.

Capture d'écran 2014-04-03 21.15.52

Capture d’écran Tilt Shift Generator

En termes de rendu, c’est très proche de ce que l’on peut obtenir avec le service en ligne tilt-shift maker.

L’inconvénient reste le prix, 49$ pour la licence « utilisation personnelle »: c’est un peu cher pour ce type de logiciel en concurrence directe avec les applications pour smartphones et tablettes qui coûtent en général moins de 5$. Autre handicap, ce logiciel ne tourne que sur Windows. Les afficionados de la marque à la pomme devront contourner le problème en installant windows dans une machine virtuelle. Dommage!

Selon son concepteur, Tilt Shift Generator devrait évoluer très prochainement, en proposant la possibilité de faire un traitement par lot, ce qui permet ensuite en assemblant toutes les images, de réaliser un film en time-lapse. Espérons que le prix reste le même, voire baisse un peu pour devenir concurrenciel.

Créer un effet maquette avec un objectif à bascule et décentrement

C’est la seule solution qui existait avant la démocratisation de la retouche photo numérique.

Les objectifs à bascule et décentrement ont 2 caractéristiques bien particulières:

  • le décentrement: permet de modifier la perspective en déplaçant l’objectif vers le haut ou vers le bas (et éviter l’effet contre-plongée par exemple, lorsque l’on photographie un bâtiment depuis le sol)
  • la bascule: on modifie l’angle de l’objectif par rapport au capteur: ainsi la profondeur de champ ne sera pas la même sur toute la photo.

C’est cette dernière caractéristique qui permet de donner un effet maquette. La zone de netteté peut alors se limiter à une bande au milieu de la photo et donner ainsi l’illusion d’une profondeur de champs très courte.

Grâce à Samyang France, j’ai eu l’occasion de tester leur Samyang T-S 24 mm f/3, 5 ED AS UMC pendant quelques jours (en fait je l’ai eu pendant un mois, mais mon épaule cassée était un sacré handicap pour l’utiliser puisqu’il faut impérativement ses 2 mains pour le régler!)

Samyang T-S 24 mm f/3, 5 ED AS UMC

Samyang T-S 24 mm f/3, 5 ED AS UMC

Je vous proposerai un test plus détaillé de cet objectif très prochainement mais voici quelques exemples de photos « tilt-shift » réalisées avec.

Tilt Shift samyang-1

Grande douceur de transition net/flou

Tilt Shift samyang-2

Attention aux objets qui coupent la zone de netteté

Tilt Shift samyang-4

Samyang T-S 24 mm f/3, 5 ED AS UMC très sensible au flare

Tilt Shift samyang-3

Canon EOS 6D et Samyang T-S 24 mm f/3, 5 ED AS UMC

A l’usage, c’est plutôt simple à utiliser mais il y a tout de même quelques limitations:

  • comme pour les traitements en post-production, l’effet maquette est affecté par tous les éléments verticaux au premier plan qui viendraient « couper » la zone de netteté. Attention donc à la composition
  • l’utilisation du trépied est impérative: il faut desserer une vis de »friction » et en faire tourner une autre pour réaliser la bascule souhaitée, c’est presque impossible à faire à main levée.
  • la mise au point est évidemment manuelle avec ce type d’objectif, et ce n’est pas évident à régler en regardant dans le viseur. L’utilisation du liveview, en réglant l’ouverture sur une petite valeur est conseillée.
  • enfin, chez Samyang, le réglage du diaphragme est manuel… c’est une contrainte de plus.

Nous voyons donc que si ce n’est pas très compliqué, c’est tout de même contraignant! Sans compter que la focale est fixe et que si vous voulez vous équiper aussi en 45mm et/ou en 90mm, l’addition sera salée, surtout si c’est juste pour faire des effets maquettes! Par contre, il y a tout de même un point positif, la qualité d’image est au rendez-vous. Ce type d’objectifs ne souffre pas de distorsions ou autres défauts optiques prononcés, mis à part un effet de flare très prononcé.

Conclusion:

Une question se pose: quelle est la meilleure solution pour réaliser des photos avec effet maquette?
Avant de commencer cet article et les tests de logiciels et objectif TS, j’étais certain que la solution « matérielle » serait la meilleure.

Au final, c’est probablement l’utilisation des logiciels dédiés, installés ou en ligne, qui est le plus pertinente pour un usage ponctuel de cette technique. Idéalement… mais sinon, à moindre côut, les applications pour tablettes et smartphone sont une bonne alternative, surtout si vous utilisez des photos prises avec un « vrai » appareil photo. Ces terminaux informatiques sont maintenant suffisamment puissants pour faire tourner des programmes de retouche efficace. Il ne leur manque plus que la possibilité de choisir la forme du bokeh pour concurrencer directement des logiciels comme Tilt-shift generator ou des services en ligne comme comme Tilt-shift maker.

Evidemment, si vous avez les moyens d’investir dans un ou plusieurs objectifs à bascule et décentrement, c’est un vrai plus. La qualité d’image est optimale et vous aurez aussi la possibilité de redresser les perspectives facilement!

Et vous, chers visiteurs, êtes-vous amateurs de photos avec effet maquette? Si oui, quelle est votre technique préférée?

Cet article a été écrit en partenariat avec:

Franky Giannilivigni, auteur avec son frère Stéphane du livre « Mes photos où je veux, quand je veux » paru aux éditions MA Editions le 16 avril 2014 (LIEN)

Artensoft /Tilt Shift Generator

TiltShiftMaker.com

Samyang France

5 réponses
  1. Pyrros
    Pyrros dit :

    Je suis pas fan de l’effet car je ne le trouve pas adapté à ma pratique, mais si un jour je cherche à le faire, je saurais où trouver un article complet 😉

    Avec ces effets j’ai toujours l’impression que le photographe cache un élément ou cherche à donner plus de force à un sujet qui a été mal cadré…
    Pyrros Articles récents..Le Grand Carnaval 2014 de ToulouseMy Profile

    Répondre
  2. Thomas Benezeth
    Thomas Benezeth dit :

    Intéressant cet article !

    Pour ma part j’utilise généralement Snapseed pour réaliser cet effet, où directement mon X100s mais comme tu l’as justement remarqué, impossible de changer la zone de netteté ^^

    Pour le fonctionnement de l’objectif à décentrement, j’imagine qu’il faut que le trépied soit de bonne qualité, très solide ? Le miens est un peu limite et je me dis que si je dois dévisser puis ajuster, mon appareil photo bougera avec le trépide 🙂

    En tout cas le résultat est top mais je suis de ton avis, trop couteux pour la plupart des utilisateurs, la solution logicielle reste top aussi !

    Répondre
  3. Mister Coffeepot
    Mister Coffeepot dit :

    Bonjour,

    Très intéressant cet article !
    Cet effet commence à être très à la mode en ce moment, ça passera vite si on en fait une overdose 🙂

    Petite précision : certains appareils embarquent déjà des filtres reproduisant plus ou moins bien cet effet.
    Je possède un bridge Panasonic FZ 200 qui a un effet Miniature, donnant (ou voulant donner) exactement le même rendu.
    On peut notamment paramétrer la taille de la zone de netteté (bande horizontale ou verticale). Dommage que ce soit une bande et non un rectangle !

    Je n’ai pas eu l’occasion de tester cet effet sur un sujet vraiment approprié, mais les premiers tests que j’ai effectué semblent plutôt concluants !
    🙂

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge