2013-02-21 21.27.39

[Cycle Strobist] Choisir ses flashs

Après la lecture et la formation, il est maintenant temps de passer à l’achat du matériel, notamment des flashs qui sont l’élément essentiel de la technique strobist puisque ce sont précisément ces flashs, utilisés en déporté qui vont éclairer notre scène.

Avant d’écrire cet article, je pensais vous présenter directement un test de chacun de mes flashs et des déclencheurs radio que je viens d’acquérir. Mais mes premiers essais avec cette technique m’ont fait prendre conscience de 2 points importants que je voulais partager avec vous avant de vous proposer les tests. Ce sont en quelques sortes mes erreurs de débutant! Et si je peux vous éviter de tomber dans les mêmes pièges…

2013-02-21 21.27.39

1. Les flashs « propriétaires » sont incontournables

En tout cas, je suis convaincu qu’acheter au moins un flash de la marque de son boiter est un bon choix. Que ce soit au niveau de la qualité de fabrication (matériaux, mécanique….) ou de la compatibilité (réglages depuis le boitier, déclenchement à distance, synchro haute-vitesse,…), vous n’aurez jamais de mauvaises surprises. Il est toujours utile d’avoir un flash sur lequel on est sûr de pouvoir compter à 100% ne serait ce que pour l’utiliser de manière « classique », monté sur le boitier. Il y a un seul inconvénient: le prix. La qualité et la marque se paient cher! Comptez par exemple, 230€ sur amazon pour un Canon Speedlight 430EX II contre moins de 100€ pour certains flashs chinois.

Si vous avez les moyens, n’achetez que des flashs « propriétaires »… et sinon, vous pouvez très bien compléter votre flash principal par des flashs « low-cost ». Sauf si vous faites continuellement de la photo strobist, vous ne les utiliserez pas tous les jours. Autant garder ses sous pour un objectif par exemple ou pour financer le reste du matériel (parapluies, softbox…)

2. Évaluer bien vos besoins avant d’acheter

Comme de nombreux photographes, je m’équipe petit à petit en fonction de mes besoins et de mes finances (le nerf de la guerre!). Le premier flash que j’ai acheté est un Canon Speedlight 430EX II que j’utilise principalement pour shooter en intérieur en éclairant le plafond. Il marche parfaitement bien et est suffisamment puissant pour mon utilisation courante.

Puis, lorsque mon envie de me lancer dans la technique strobist est arrivée, je me suis dit qu’un second flash serait bien utile. Ne souhaitant pas dépenser tous mes sous dans un flash « d’appoint », je me suis tourné vers les flashs chinois et en particulier le Cactus AF50 vendu par Gadget Infinity, l’entreprise qui fait les cactus V5, les fameux transmetteurs radio. A l’époque (il y a un an environ), je pensais justement m’équiper avec les Cactus V5, 100% compatibles avec le flash AF50. Et pour environ 85€ j’avais un flash puissant, gérant la synchro haute vitesse (HSS), pilotable sans fil et paramétrable via les menus de mon Canon EOS 7D.

Au début, j’étais satisfait de mon choix. En utilisant le pilotage des flashs par le Canon 7D (via le flash interne du boitier), j’arrivais facilement à utiliser mes 2 flashs simultanément. Mais lorsque j’ai mis en place mon premier vrai shooting strobist avec un parapluie et une softbox, les choses ont commencé à se gâter. Si le capteur de mon flash Canon était sensible à la lumière émise par le flash « maitre » qui se réfléchit sur les murs, c’était beaucoup moins vrai pour le Cactus. J’ai dû changer mon plan d’éclairage initial pour réussir à déclencher mes flashs… Pas pratique du tout!

Mais, bon, j’avais de toute façon prévu d’acheter des déclencheurs radio, donc le problème aurait dû être réglé…

Je commence donc à regarder du côté des cactus V5, des déclencheurs ayant bonne presse et présentant un excellent rapport qualité-prix (environ 50€ pour 2 pièces) mais en y regardant de plus près, il me manquait plusieurs fonctionnalités, importantes pour moi: gestion du TTL (et surtout la possibilité de régler la puissance des flashs depuis le boitier) et pas de synchro haute-vitesse. Ces caractéristiques ne sont pas indispensables, c’est sûr, mais elles procurent assurément un meilleur confort de travail (pas besoin de se déplacer, voire démonter la softbox pour régler un flash) et une plus grand latitude en termes de gestion de la lumière (la synchro haute-vitesse permet dans certains cas de se passer de filtre ND pour des shooting en plein soleil).

Donc exit les Cactus V5 même si leur rapport qualité-prix en font des best-sellers! Je découvre alors la marque Yongnuo et ses déclencheurs radio Yn-622c. Ils sont 2 fois plus chers, ne peuvent pas être utilisé comme télécommande sans fil et ne fonctionnent qu’avec des flashs « compatibles Canon » mais gèrent la HSS et permettent de régler la puissance de flashs ainsi que la largeur du faisceau en fonction de la focale utilisée. Sur le papier, c’est parfait… exactement ce que je cherchais, à un prix raisonnable (99€ les 2 pièces chez Lovinpix).

Seulement voilà, s’ils sont 100% compatibles avec mon flash Canon Speedlight 430EX II, ils pilotent très mal mon Cactus AF50… Je suis obligé de le régler manuellement (puissance et faisceau) et la synchro haute-vitesse ne marche pas… Il est vrai que Yongnuo ne mentionnait pas ce flash comme étant compatible avec les YN 622c mais j’avais bêtement pensé que c’était un oubli de leur part. Puisque le cactus AF50 fonctionnait en direct avec mon boitier, j’avais imaginé que ce serait pareil avec les déclencheurs radio… Grosse erreur!

Pour finir, je me retrouve avec un flash et des déclencheurs parfaits… et un flash qui me bride tout le reste: je suis obligé de resté en vitesse synchro classique (heureusement 1/250ème sur mon 7D) et de régler manuellement la puissance de mon flash Cactus. Rien de grave mais, le confort en prend un coup!

Tout ça pour dire que si j’avais eu une idée plus précoce et plus précise de mes besoins, j’aurai réfléchi à une solution plus complète et optimale à savoir:

– Les déclencheurs Yongnuo YN622c

– Un flash Canon Speedlight 430 EX II

– Un ou deux autres flashs « chinois » mais d’une marque compatible avec mes déclencheurs et proposant la synchro haute-vitesse et le TTL: donc idéalement un Yongnuo YN-568 EX.

Au final, je n’aurai pas acheté le Cactus AF50 et j’aurai, pour à peine plus cher que mon matériel actuel, une configuration correspondant à mes attentes! Notez bien que ma configuration idéale ne sera pas forcément la vôtre. On peut très bien s’équiper de 2 flashs Cactus AF50 ou autre Yongnuo d’entrée de gamme, le monter sur des cactus V5 et produire de très belles images. Il faut juste faire un choix financier et pratique.

Moralité: toujours imaginer son matériel strobist en fonction de ses besoins… le cas échéant, dépenser 50 ou 100€ de plus permet un plus grand confort de travail!

Dans le prochain article, je vous proposerai un test comparatif de mes 2 flashs: le Canon Speedlight 430EX II et le Cactus AF50!

42 réponses
  1. Thomas Benezeth
    Thomas Benezeth dit :

    Tu n’as pas prévu de revendre le Cactus pour racheter un Yongnuo ?

    En tout cas merci pour ce retour d’expérience, c’est toujours intéressant de savoir à l’avance ce que l’on n’aurait découvert sur le tas.

    « Si le capteur de mon flash Canon était sensible à la lumière émise par le flash « maitre » qui se réfléchit sur les murs, c’était beaucoup moins vrai pour le Cactus. J’ai dû changer mon plan d’éclairage initial pour réussir à déclencher mes flashs… Pas pratique du tout! »

    => Le Cactus ne se déclenchait pas parce qu’il était trop loin de ton boitier ? Je suis pas sûr d’avoir tout compris T__T’

    Merci pour l’astuce 😉
    Thomas Benezeth Articles récents..Mon deuxième concours photo: iPhonographieMy Profile

    Répondre
    • Marc Charbonnier
      Marc Charbonnier dit :

      Merci pour ton commentaire Thomas 😉
      Pour le Cactus AF50, je vais le garder, c’est un bon flash et il pourra servir de 3ème source, dans le cas où je n’ai pas trop de difficulté à la régler.

      Quant mon explication sur le déclenchement, je vais essayer de préciser:
      Le flash interne de mon 7D envoie un pré-éclair qui donne « l’ordre » à mes flashs distants de se déclencher. Les flashs disposent d’une cellule sensée capter ce pré-éclair. Avec le Canon, aucun souci, le capteur est suffisamment sensible même s’il ne reçoit pas directement ce pré-éclair (par exemple quand il se réfléchit contre un mur). Mais avec le cactus, il faut que le capteur soit bien dans l’axe du flash interne, sinon… il ne capte rien et ne se déclenche pas..

      Je suis plus clair? 😉

      Répondre
  2. Maxime
    Maxime dit :

    Très bon article, bien de poser les bases avant d’aller dans le détail.
    Je rejoins également ton avis ces 430ex II qui sont au final un très bon investissement.

    Petite question, les réglages de puissance depuis ton boitier c’est sympa mais combien de flash peux-tu gérer à la fois ?

    Question plus générale: vous utilisez beaucoup le HSS en studio « conventionnel » ?

    Pour ma part je me vois mal me passer de cactus, la double fonction déclencheur boiter/flash est terrible.
    Pour du strobisme-lightpainting en pose longue quand il faut être partout à la fois c’est génial. En jouant avec les canaux tu commandes tout avec un seul appareil.

    Répondre
    • Marc Charbonnier
      Marc Charbonnier dit :

      merci pour ton message et ton passage ici Maxime 😉
      Pour les réglages depuis le boitier, c’est 3 groupes de flashs avec des réglages différents (disons 3 sources de 1 ou plusieurs flashs pour simplifier), ce qui est déjà pas mal en strobist.
      Le HSS ne sert à rien en studio à mon avis. Mais en extérieur, si tu shootes en plein solein avec un 85mm 1.2 à PO ta vitesse de synchro max est vite atteinte. Tu peux mettre un filtre ND mais avec le HSS c’est beaucoup plus simple 😉

      Quant à la fonction déclencheur du V5 c’est sûr que c’est pratique en lightpainting (en solo en tout cas)
      Marc Charbonnier Articles récents..[Cycle Strobist] Choisir ses flashsMy Profile

      Répondre
  3. Thomas
    Thomas dit :

    Très intéressant ce petit tour des articles chinois 🙂
    Tout en sachant que le matériel propriétaire reste souvent le mieux. Mais effectivement, c’est cher!!!
    Il faudrait que je m’équipe un peu quand même, donc je jetterai un coup d’oeil à ta config 😉

    Bonne journée!!
    Thomas Articles récents..Concert: Byzance wayMy Profile

    Répondre
    • Marc Charbonnier
      Marc Charbonnier dit :

      Merci Thomas! Oui, le matos propriétaire est (quasi) tout le temps mieux. Le temps passant, les challengers pourraient devenir des spécialistes selon moi. Je ne serai pas étonné si un certain nombre de fabricants/sous-traitants asiatiques (non japonais!) devenaient leader dans certains domaines. Quand on voit les progrès du matos chinois ces dernières années, cela ne fait aucun doute!
      Marc Charbonnier Articles récents..[Cycle Strobist] Choisir ses flashsMy Profile

      Répondre
  4. Aurélien Calonne
    Aurélien Calonne dit :

    Très bon partage d’expérience, car c’est difficile de bien connaitre ses besoins dès le départ, simplement lire les bouquins ne suffit pas.

    Dans mon cas, j’avais acheté les cactus V4, je les ai utilisé quelques fois seulement et maintenant ils ne fonctionnent plus du tout, donc en plus du manque de fonctionnalité que tu soulignes, la qualité n’est pas au top.

    Maintenant je travaille avec le cable E-TTL conseillé par Syl Arena, il assez long et laisse pas mal de liberté au final, mais je ne travaille qu’avec un seul flash…
    Aurélien Calonne Articles récents..La création de l’image « Le Sommeil »My Profile

    Répondre
    • Marc Charbonnier
      Marc Charbonnier dit :

      Oui, ce n’est pas évident de faire les bons choix dès le début… En plus, l’envie de toujours faire des économies nous pousse parfois à accepter de mauvais compromis quant à la qualité du matos que l’on achète. Mieux vaut dépenser 20% de plus pour du matériel qui durera 50% de plus au final. Comme me le disait Darth récemment, les lampes de rechange pour les flashs studio sont un bon exemple: mieux vaut un flash à 1000€ avec des lampes de rechange à 50€ qu’un flash à 500€ avec des lampes à 150€. Sur le long terme on est toujours gagnant. C’est vrai qu’il faut avoir un budget plus conséquent au départ par contre 🙁
      Marc Charbonnier Articles récents..[Cycle Strobist] Choisir ses flashsMy Profile

      Répondre
  5. Brice Favre
    Brice Favre dit :

    Très intéressant ça.

    Personnellement je suis assez satisfait de mes cactus V5 et des quelques flashs de récupération que j’ai pu utiliser avec, mais c’était vraiment pour de l’utilisation ponctuel. De façon général je préfère travailler avec mon seul flash pentax qui se pilote bien depuis mon boitier.
    Brice Favre Articles récents..Retour à Naples en argentiqueMy Profile

    Répondre
  6. Pyrros
    Pyrros dit :

    Il faut choisir le matos en fonction de ses besoins réels et envisagés, parfois on met du temps à l’acquérir mais cela évite les achats inutiles.

    Concernant le flash, oui un flash propriétaire est nécessaire surtout quand on fait du reportage ou l’on doit limiter les erreurs et les mauvaises surprises par contre je ne suis pas convaincu que le TTL soit indispensable en éclairage déporté.
    Pyrros Articles récents..Entrainement du Stade Toulousain sans les internationauxMy Profile

    Répondre
  7. ary
    ary dit :

    très bon article, c’est super de faire partager ses « erreurs », ça permet a ceux qui vont suivre (comme moi peut être) de pas faire les mêmes.
    Je suis vraiment cette série avec attention, en attendant impatiemment par la poste mon premier flash commande il y a quelques jours (un Yongnuo aussi, YN-560II) acheté justement dans le but de comprendre un peu plus l’utilisation des flash et de la lumière avant de savoir si ça me plait et de réfléchir a un équipement plus conséquent.)
    ary Articles récents..Quoi faire avec 240 euros ?My Profile

    Répondre
  8. Benjamin
    Benjamin dit :

    Je viens d’acheter un Yongnuo YN-560III (toute nouvelle version) et une paire de triggers Yongnuo également (il y en a un qui ne me sert pas puisque le flash intègre un recépteur). Franchement j’en suis ravi. Pour un tout petit budget vous pouvez avoir un flash de très bonne qualité. Certes : pas de TTL et pas de gestion depuis l’appareil … je vais peut être chercher des assistant(e)s ^^. Bref, pour s’amuser c’est largement suffisant, et très économique.
    Benjamin Articles récents..Harlem Shake @workMy Profile

    Répondre
  9. Matth
    Matth dit :

    Bonjour,
    Très bon article intéressant. J’ai eu une démarche quasi similaire il y a quelques semaines. Ayant déjà 2 flashes 430 EX (I et II), j’avais rencontré le problème du non-déclenchement par le flash interne (7D également) en plein soleil. Et le second inconvénient est venu en prenant des photos de mon petit neveu, très sensible des yeux : le pré-flash (inutile à l’éclairage de la photo) lui faisait voir mille étoiles. J’ai donc réfléchi au passage aux RF. Après comparaison, j’ai souhaité garder le TTL pour les flashes principaux (groupe A et B en avant du sujet) en optant pour un système Phottix Odin. Pour l’arrière (groupe C), mes deux nouveaux flashes Yongnuo 565 sont en RF sans TTL. J’ai économisé sur ces deux récepteurs (Phottix Stratos II) mais il est vrai que c’est un peu pénible de devoir se déplacer pour ajuster la puissance.
    Pour le moment, je suis satisfait de mes achats, même si je dois encore tester différentes solutions d’éclairage en RF dont j’avais l’habitude en IR (je trouve que la gestion des ratio donne un éclairage différent).

    Répondre
  10. Matth
    Matth dit :

    Mon problème de ratio : sur le transmetteur Odin, je configure soit A:B et un ratio entre les deux, soit A+B+C avec des puissances différentes pour chaque groupe. En théorie. Car dans la pratique, j’ai du mal à voir la différence flagrante de ratio dans le cas de 3 groupes. Je dois me plonger davantage dans des tests pour vérifier mes premiers résultats (satisfaisants pour l’éclairage mais pas aussi créatifs que je le pensais). Dans ma configuration, les groupes A et B sont gérés par des récepteurs compatibles TTL alors que les deux flashes du groupe C ont des récepteurs sans TTL (moins chers aussi). Donc sur ce groupe, je sais d’après la notice que je ne peux pas changer la puissance depuis le transmetteur, il me faut la régler à la main sur les flashes. Et dans le même temps, si je règle A= -1EV et B=+1EV, je n’ai pas constaté une prédominance dans les ombres. Mes prochains tests devront vérifier que le ratio est bien pris en compte, via Odin, ou si je me trompe dans un réglage.

    Répondre
  11. Yannick Genty
    Yannick Genty dit :

    Intéressant comme article, je m’ intéresse de plus en plus sérieusement à cette technique.
    J’ ai vu sur pas mal de forums, que les flash Yongnuo avaient bonne réputation. Maintenant, avec ou sans fonction Haute vitesse .. là est ma question

    Pour les transmetteurs, pas envie de m’ embêter : 3 Cactus V5

    Parapluies ou octobox, là aussi je me tâte …

    bonne soirée à tous !
    Yannick Genty Articles récents..Photographies d’il y a 600 ans …My Profile

    Répondre
  12. Fab
    Fab dit :

    Bonjour Marc,
    Super article, je cherche à m’équiper pour une pratique strobist et je me demandais quelle était la meilleure combinaison possible avec le matos que je possède déjà, à savoir un 7d et un flash 430 ex II. Du coup tes commentaires sont très précieux, merci ! Un peu déçu, même si je m’en doutais, de savoir qu’il vaut mieux passer par un système RF plutôt que de compter sur le pilotage par flash maître du 7d.
    Fab Articles récents..JBE-18My Profile

    Répondre
  13. Yann
    Yann dit :

    Bonjour,

    1. Est-ce que le YN-568 EX II Master peut s’utiliser en slave et se déclencher en déporté par l’intermédiaire de l’éclair d’un flash intégré ?

    2. Est-ce que l’éclair d’un flash intégré peut déclencher à la fois un 430 EX II et un YN-568 EX II Master ?

    Par avance merci.

    Répondre
  14. Rodolphe
    Rodolphe dit :

    Bonjour,

    Super article ! C’est bien sympa 😉
    J’ai actuellement un 7D avec un 430 ex II, si je prend les youngnuo RF622, mon matériel est bien compatible avec le HSS en déporté ?

    Merci d’avance 🙂

    Répondre
  15. kencha
    kencha dit :

    Bonjour,
    Je profite de cette excellent article pour poser ma question.
    Je suis une personne dite électrosensible (ne supporte pas les ondes des téléphones portables, wifi, commande à distance…) Je commande mon flash avec un câble ttl de 10m cela ne me pose aucune gène. Maintenant je voudrai rajouter un seconde cobra et toujours le synchroniser par câble.
    J’ai beau chercher sur le net et faire mes petites expériences perso mais je ne trouve pas la solution. Si quelqu’un en a une je serai ravi pour le partage. Merci mille fois d’avance.
    SLTS

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] l’on débute dans la photo au flash déporté (Strobist), le flash cobra est le premier achat à faire. Si on peut tout à fait réussir de belles images avec un seul […]

  2. […] Après la lecture et la formation, il est maintenant temps de passer à l’achat du matériel, notamment des flashs qui sont l’élément essentiel de la technique strobist puisque ce sont précisément ces flashs, utilisés en déporté qui vont éclairer…  […]

  3. […] Le flash cobra est l'élément principal de équipement du strobist. Mais il ne faut pas les choisir au hasard, sous peine de déconvenues. Voici mes conseils!  […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge