Peut-on tester objectivement du matériel?

C’est une question que je me pose souvent, même après de nombreux tests réalisés: est-ce que je parviens à rester objectif?

Au début, je répondais spontanément par l’affirmative. Je pensais qu’en restant simplement dans la description de l’objet en question je resterai objectif. Puis avec le temps, je constate que ce n’est pas si simple. Je distinguerai 3 cas de figure:

Je teste mon propre matériel:

C’est le cas de figure le plus simple, j’ai le matériel sous la main et je souhaite partager mon expérience avec les autres. Mais voilà, je teste du matériel que j’ai pris la peine de choisir, de comparer avec d’autres produits et dont, en général, je suis content. Alors forcément, la conclusion du test sera vraisemblablement très positive. D’autant plus que comme le fait souvent remarquer Franky, on a souvent de la peine à reconnaître qu’on s’est trompé à propos d’un achat de matériel photo. C’est ainsi que dans les forums on rencontre des dizaines de personnes qui soutiennent que leur objectif X est bien meilleur que l’objectif Y bien que tous les tests sérieux prétendent le contraire. Ces photographes ont certainement beaucoup de peine à reconnaitre que leur choix n’était peut-être pas le bon… Et plutôt que de passer pour des incompétents, ils cultivent la mauvaise foi!

20121218-104821.jpg

Évidemment, je suis touché un peu par cette réaction bien humaine. Dans mon matos photo, il y a bien 2,3 objets que je trouve… disons moyens. Alors, je prends le parti de ne pas en parler, c’est plus simple! Ou alors, je décide de faire la part des choses. Comme je l’ai souvent dit l’appareil photo ou l’objectif parfait n’existe pas… et heureusement il n’y a pas non plus d’appareil ou d’objectif complètement mauvais…

Alors je cherche plutôt à présenter les points forts et faibles. En fait, plutôt sous la forme: « j’ai aimé », « je n’ai pas tellement aimé », « je n’ai pas aimé ». C’est plus nuancé et surtout cela implique une subjectivité de ma part! Paradoxal? Non, personne ne peut se vanter d’être totalement objectif. La photographie est une passion pour certains, un métier ou un passe-temps pour d’autres, et en temps que telle, procure des émotions. Il serait donc illusoire de penser qu’on peut être 100% objectif.

Je tente donc de décrire tant bien que mal les points forts et points faibles de l’objet testé, mais finalement mon analyse est souvent lié à mon expérience, mes connaissances et ma représentation de la marque en question.

Je demande du matériel en prêt à une marque.

C’est une variante de la première situation. En général, je ne demande à tester que du matos qui m’intéresse et qui, potentiellement, me plait déjà un peu. Je n’ai jamais demandé à tester un compact bas de gamme. Je sais que je vais être nécessairement un peu déçu alors je préfère y renoncer.

Le matériel que je sollicite et en général déjà un peu documenté sur le web. J’évite de lire en détail les différents tests d’un appareil ou d’un objectif que je vais présenter sur mon blog. Pour ne pas trop être influencé et surtout pour éviter de me censurer 😉 Si je lis sur le blog que tel appareil est peu ergonomique… je risque d’être tenté de dire la même chose pour aller dans le même sens. Surtout si ce blog ou site fait autorité!

Autre écueil supplémentaire: être bien vu de la marque! Si je critique trop ce nouveau Nikon D600 dont tout le monde dit du bien, est-ce que Nikon voudra encore me prêter du matos? Vaste question… C’est probablement justifié. D’ailleurs nombre de lecteurs de Chasseur d’Images par exemple pense que la rédaction est à la solde de Canon et Nikon notamment parce que ces 2 marques ont des pleines pages de pub dans le magazine. Pourtant, il suffit de lire le dernier numéro paru en décembre et la critique appuyée du D600 et ses tâches sur le capteur pour comprendre qu’il n’en est rien.

A mon niveau, je suis plus pragmatique. Je pars du principe que ma sincèrité n’est pas à mettre en doute et si elle l’est, et qu’elle conduit la marque à refuser de me prêter du matériel, alors tant pis. il existe de nombreuses autres marques qui acceptent la critique.
D’autant plus que tous les tests que j’ai réalisé montrent que je pointe les défauts mais que je reconnais à leur juste valeur les points forts du matériel qui m’est confié.

Mais pour l’instant, aucune marque n’a coupé les ponts suite à un point négatif dans une critique.

20121218-104915.jpg

Pour finir avec ce cas de figure, une variante: la personne qui me prête du matos est sympa! C’est presque un cas de conscience: on n’a pas envie de lui faire de la peine ou de ruiner ses efforts en tant que représentante de la marque 😉

C’est ce qui m’arrive avec Sigma Suisse: Son représentant, Christian Cuennet est un type vraiment sympa et qui aime son matos! Est-ce que je vais oser lui dire que son Sigma 85mm f/1.4 a des défauts optiques? Oui, bien sûr mais comme je suis honnête je vais aussi préciser dans mon article que ces défauts sont très bien pris en charge par Lightroom et DxO Optics Pro 8 et que le bokeh de cet objectif est nickel pour les portraits, que la qualité de fabrication est top. Et comme Christian est intelligent, il sait très bien que son objectif n’est pas parfait et il ne m’en tiendra pas rigueur… En tout cas, j’espère!

Je teste du matériel à la demande d’une marque

Dernier cas de figure: une marque me contacte pour me proposer de tester du matériel. Si le produit ne m’intéresse pas du tout ou s’il me semble d’une qualité médiocre je refuse. Tester du matériel demande du temps et rédiger un article complet peut prendre plusieurs heures de travail. Je n’ai pas envie de perdre du temps à présenter un produit moyen ou sans intérêt.

Si le produit m’intéresse, je précise mes conditions: aucune modification possible de mon article (sauf erreur technique dans la présentation du produit), pas de frais à ma charge (port aller/retour) et indépendance totale dans la rédaction de l’article (date de publication, liens à insérer).

Pour ce type de test, j’essaie de rester neutre, encore que si j’accepte de tester un produit, c’est que j’en ai déjà une image positive!

Reste le cas de figure où la marque me donne le produit testé au lieu de simplement me le prêter. C’est le cas avec certains de tests publiés sur Fotoforom. Ces cadeaux en nature seraient-ils susceptibles de me « corrompre »? 😉 Je mentirais si je disais que je n’appréciais pas ce don. En même temps, je ne suis pas journaliste. Mon activité de blogueur est bénévole alors si une marque vend quelques produits de plus (et c’est le cas pour certaines) grâce à mon article, je ne trouve pas anormal de bénéficier d’une petite contrepartie (don de l’objet, réduction substancielle sur le prix d’achat) surtout si ce test se fait à la demande de la marque. Alors, je le reconnais, je fais passer en priorité les produits pour lesquels la collaboration est « équitable » 😉

J’ai plus de demande de tests que je peux en réaliser et je suis bien obligé d’opérer un tri! Je le redis, un test sérieux demande du temps….

Par contre, sur le contenu, le même souci d’objectivité m’anime que lorsque que je teste des produits à ma demande. Si j’aime une caractéristique, je le dis, si je n’aime pas je le dis aussi. Pour mon test du sac Pompidoo, j’avais des craintes sur la solidité des anses mais j’ai aussi dit que le concept du sac « mode » était tendance!

Conclusion:

Non, je ne suis pas complètement objectif! J’essaie de l’être le plus possible à propos des caractéristiques techniques et des fonctionnalités. Dans 99% des cas, je sais reconnaitre une qualité ou un défaut lorsque je teste du matos photo. Mais parfois, je suis limité par mes connaissances et mes moyens (définir précisément la distorsion d’un objectif sans mire par exemple): dans ce cas, je préfère ne pas en parler.

Il reste « l’expérience utilisateur » si chère à feu Steve Jobs: cet aspect est essentiel dans les test que je réalise et entre forcément en ligne de compte dans la « note » finale. Ainsi, lorsque je teste le Nikon D600, j’affirme que c’est un excellent appareil à tout point de vue… mais qu’il me faisait mal au majeur droit… C’est peut-être lié à la taille ou la forme de ma main mais je ne peux pas faire comme si de rien était. Le D600 a peut-être un capteur de folie mais son ergonomie ne me convenait pas.

20121218-105049.jpg

Pareil dans l’autre sens: l’iPhone fait de bonnes photo pour un téléphone mais ça reste de la photo de téléphone! Pourtant, j’ai eu tellement de plaisir à faire mon projet 365 avec que malgré ses défauts techniques, je recommanderai sans hésiter l’utilisation d’un iPhone pour la « photo de tous les jours »

Je ne suis donc pas objectif à 100% mais je suis certain que mes lecteurs non plus: ils sentent les choses chacun à leur manière, ils ont des priorités différentes selon leur pratique photo, leur budget…
Par exemple, le Canon EF 50mm f/1.8 II que j’ai récemment vendu à une construction un peu « cheap » mais un rapport qualité-prix imbattable et sa grande ouverture est un pur bonheur pour ceux qui affectionnent le portrait et les bokeh tout doux… J’aimais beaucoup cet objectif mais je souhaite aujourd’hui passer à la gamme supérieure, probablement chez Sigma (pour faire plaisir à Christian???)

Chaque lecteur est différent mais tous mes lecteurs ont besoin d’une chose: que je sois sincère, objectif ou pas. Ils ont besoin de s’identifier à moi, pas en tant que personne évidemment mais en tant que photographe amateur mais exigeant.

13 réponses
    • Marc Charbonnier
      Marc Charbonnier dit :

      Merci pour ton commentaire! J’ai peu de critiques sur mon objectivité mais comme je me suis moi-même posé la question, je me suis dit que d’y répondre ici serait peut-être utile 😉

      Les critères de prêt? Je ne sais pas trop. L’ancienneté et la popularité joue une rôle mais je ne sais pas dans quelle mesure… L’idéal je pense c’est surtout de tester d’abord ses propres affaires, comme tu le fais déjà. Après c’est plus facile de convaincre une marque de te prêter du matos si elle constate que tes tests sont sérieux.

      Par la suite, c’est plus facile. Si tu publies un test sur Lowepro, c’est plus simple de négocier avec Vanguard qui ne voudra passer inaperçu 😉

      Dernier élément: être « recommandé » ou connaitre la bonne personne. Ca aide bien!
      Marc Charbonnier Articles récents..Peut-on tester objectivement du matériel?My Profile

      Répondre
  1. Pyrros
    Pyrros dit :

    La difficile réflexion du testeur de matos photos.

    Ce n’est pas toujours facile de rester objectif quand on n’est pas complétement indépendant. J’admire le soutient des marques dans vos démarches et votre facilité à faire passer la pilule des défauts qui peuvent apparaitre.

    Concernant les avis sur le matos dans les forum les pauvres photographes qui se sont saignés des mois entiers pour acquérir une optique ne peuvent souvent pas tester (longtemps) une autre c’est pour ça que les avis sont si tranchés mais aussi si peu étayés …
    Pyrros Articles récents..Instagram vendra vos photos, comme FacebookMy Profile

    Répondre
    • Marc Charbonnier
      Marc Charbonnier dit :

      Faire « passer la pilule » n’est pas forcément un problème et d’ailleurs ce n’est pas le cas. Comme je l’ai dit, la transparence est une vertu. Censurer les tests serait une très très mauvaise idée. Cela se saurait très vite et les risques en termes d’image serait énormes.

      Ok avec toi pour les forums. C’est vrai que pour certains leur matos représente plusieurs mois de salaire… alors il vaut mieux être content de son achat 😉

      Comme j’ai la chance de tester de plus en plus de matériel, je peux me faire une idée avant d’acheter du coup!Sans compter le matos des potes! C’est bien pratique. Et c’est tout bénef pour les marques: tester me donne envie d’acheter!!
      Marc Charbonnier Articles récents..Peut-on tester objectivement du matériel?My Profile

      Répondre
  2. Lucie
    Lucie dit :

    Je suis attentive aux tests en général, j’attend d’ailleurs les futurs tests du 6D avant de me décider définitivement même si mon choix est fait à 90%.
    Cenpendant je remarque que les tests portent souvent sur du matériel assez cher et donc pas forcément à la portée de tout le lectorat, qui peut finir par croire que son matériel n’est pas de bonne qualité. C’est la raison pour laquelle le rapport qualité prix devrait plus souvent être pris en compte. On ne peut pas juger de la même manière un objectif/boitier valant 5-6x le prix d’un autre.
    Je passe gentillement à des gammes suppérieures après quelques années de pratique, mais j’ai eu de la peine à trouver des tests en relation avec mes premiers achat.
    En tout cas je trouve ton article sincère et bien argumenté. C’est aussi à nous, lecteurs, de faire la part des choses dans les informations que nous lisons, en rapport aussi avec nos propres attentes.
    Lucie Articles récents..AbstraitMy Profile

    Répondre
    • Marc Charbonnier
      Marc Charbonnier dit :

      Tu as bien raison Lucie. Il faut comparer ce qui est comparable. Canon EOS 1Dx vs Canon EOS 650D le combat est inégal. Perso je me cantonne à du matériel expert, mais je pense que je vais aussi tester les gammes « inférieures » aussi. Le Nikon 5200 j’espère mais aussi le futur remplaçant du 650D.

      Par contre le je vois mal tester du compact d’entrée de gamme. Pour ce type de matériel, il faut avoir des points de repère (toute la concurrence) sinon on est forcément super critique. Pour du matériel plus au de gamme, on peut tester plus facilement « dans l’absolu » je trouve. Les photos d’un D600 sont forcément bonnes. C’est plus le rapport qualité prix, l’ergonomie, la gestion des hauts-isos qui font la différence.
      Marc Charbonnier Articles récents..Un photographe à la une: Maxime FavreMy Profile

      Répondre
  3. Seb F.
    Seb F. dit :

    C’est limite philosophique comme question ca 😉
    J’irais dans ton sens en disant que la subjectivité, c’est ce qu’on recherche (le photographe et le matériel forment un « couple indissociable » à la prise de vue), mais il faut qu’elle soit argumentée correctement, et sans mauvaise foi.
    Je n’ai aucun doute quant à tes tests 😉
    Seb F. Articles récents..Concours « photos panoramiques » début 2013 sur sfphotosMy Profile

    Répondre
  4. Darth
    Darth dit :

    Je connais bien le sujet comme tu le sais ‘^^

    Tu as de la chance, tu n’as pas encore été officiellement remis en doute quant à ton impartialité, perso, j’ai du faire le même genre d’article, car on remettait mon objectivité en doute.

    Je me retrouve pas mal dans ta vision des choses, surtout ce passage:

    Pour finir avec ce cas de figure, une variante: la personne qui me prête du matos est sympa! C’est presque un cas de conscience: on n’a pas envie de lui faire de la peine ou de ruiner ses efforts en tant que représentante de la marque

    J’avoue que parfois il est plus difficile de gérer la crainte de blesser notre très sympathique interlocuteur que d’avoir peur de froisser la marque en elle-même.

    Sinon, pour le test de matériel plus « imposant » comme tu le sais, je teste pas mal de matériel plus ou moins « inaccessible », mais de façon étonnante, j’ai de très bons retours, un peu comme les gens qui achètent un magazine photo et qui se font plaisir à rêver devant le test de la dernière Ferrari.

    Bref, ce qu’il faut préciser, c’est tout de même le bonheur très enfantin que l’on a à tester tous ces beaux « jouets » 😛
    Darth Articles récents..Test: Sigma 35mm f/1.4 DG HSMMy Profile

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Vanguard m’a aimablement fourni ce trépied mais ce test a été réalisé en toute indépendance. Cet article n’a pas été relu ou soumis à l’approbation de Vanguard. Je vous invite également à (re)lire mon point de vue sur les tests de produits photo. […]

  2. […] C'est une question que je me pose souvent, même après de nombreux tests réalisés: est-ce que je parviens à rester objectif? Au début, je répondais  […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge