Un photographe à la une: Cyril Bays

Pour notre photographe du jour j’ai choisi un photographe suisse 😉 Comme c’était le cas avec Aymeric, je ne connais pas Cyril, en tout cas pas « dans la vraie vie »! Par contre, il fait partie des photographes blogueurs que je suis depuis longtemps, et je suis fan de son travail. En particulier parce qu’il réalise des photos que je ne fais pas (assez) souvent: des photos de montagne. Alors quand je parcours son blog, je randonne… en restant dans mon canapé! On a faillit se voir lors d’une sortie Time-Lapse nocture mais cela ne s’est pas fait. J’espère que ce n’est que partie remise!!

Je vous laisse avec Cyril!

20121108-093830.jpgBonjour Cyril!

Bonjour Marc!

Peux-tu nous raconter comment tu as commencé la photo?

J’ai toujours été passionné par l’image, je bosse d’ailleurs dans le domaine du graphisme. Mais pour la photographie, cela remonte à l’époque où j’ai eu l’occasion de travailler dans le monde de la presse, essentiellement dans l’hebdomadaire « L’Illustré » où je travaillais comme graphiste et infographiste. A force de côtoyer les photographes pro de la rédaction pour l’élaboration de certains sujets, j’ai pu toucher petit à petit à ce monde de la photo que je trouve passionnant et qui permet une créativité sans limites.

Quand est-ce devenu une passion?

Je ne me tromperai pas en affirmant que les signes avant-coureurs d’une passion comme celle-ci ressemblent à ces symptômes. On s’achète des livres sur le sujet, des revues, on passe des heures sur internet afin de lire des tests/critiques sur TOUS les appareils photos. C’est aussi lorsque l’on se balade avec TOUT son matériel sur soi lorsque l’on part au travail. C’est aussi les gens qui vous accompagnent se plaignant du fait que vous vous arrêtez TOUS les 10 mètres afin de TOUT prendre en photo. Passer des soirées à TOUT trier méticuleusement ce que vous avez pris quelques heures auparavant. Alors là, effectivement, c’est une passion que j’ai depuis 6-7 ans à présent. Mais avec l’expérience, j’ai changé quelques détails qui ne sont pas anodins pour équilibrer cette passion. Déjà, prendre mon reflex que pour de « vraies » sorties photos. Je parle là de balades en pleine nature ou de virées nocturnes et où toute mon attention est de profiter de cet instant.

20121108-094020.jpg

Qu’est ce qui te procure le plus de plaisir dans la photographie?

Il y a plusieurs choses, plusieurs étapes en fait. Il y’a un rituel précis. La préparation du matériel, les réglages, le choix des objectifs, la préparation de sa journée où l’on va pouvoir faire ce que l’on aime vraiment. La photographie est une affaire de timing, et je pense que ce qui me donne le plus de plaisir dans tout ce que je fais en photographie, c’est l’instant présent. C’est la plus belle manière de comprendre ce que veut dire mon site Hereandnow. C’est ce moment où l’on est spectateur de ce que l’on découvre et que l’on s’imprègne de chaque secondes passées à la préparation de l’image. Ce qu’il se passe avant est encore plus important. Le fait d’aller en montagne, de s’imprégner, de ressentir la nature, les ambiances. Je peux parfois rester des heures au sommet d’une montagne, juste pour méditer et profiter de ce panorama, attendre la belle lumière et enfin, sortir mon matériel pour immortaliser ce que j’ai pu admirer, de mes propres yeux et pouvoir le partager au travers de mes images.

Et le plus de difficultés?

Il y en a toujours. Les conditions de lumières, la météo, les problèmes techniques. A chacune de mes balades photos, j’apprends. Les conditions difficiles sont souvent liées à la météo dans mon cas. J’ai eu l’occasion de faire des photographies par -25° et mon appareil se déclenchait une fois sur trois. Durant des tempêtes avec très fortes pluies, et lors de sorties en pleines chutes de neige. Il y a également le changement de conditions de lumières. Lorsque je pars en début d’après-midi sous un ciel éclatant, et en arrivant au sommet, la météo se modifie en moins d’une heure. Résultat, une baisse de température proche du zéro degrés lorsque le vent se lève, mains gelées et visage engourdi! Mais je reste quand-même un long moment pour bénéficier malgré tout de la plus belle lumière, car je sais qu’elle va arriver. Il m’est aussi arrivé de revenir trois, voire quatre fois au même endroit simplement parce que les lumières ne me convenaient pas. Il y a aussi le côté physique, surtout lorsque vous avez du matériel pour deux jours en bivouac. Dix heures de marche, c’est long avec tout ce matériel dans le dos. Mais au final, il vaut la peine de faire ces efforts croyez-moi.

20121108-094121.jpg

Quels sont tes styles de photos favoris? Chez les autres…. et chez toi…

J’apprécie beaucoup ce que font d’autres photographes amateurs ou pros et chacun(e) maîtrise son sujet de prédilection. J’aime tous les styles, chaque image raconte une histoire, chaque photographe nous fait découvrir son monde et sa sensibilité. J’ai découvert de nombreux talentueux photographes sur 500PX par exemple, mais également sur Twitter qui comporte une communauté très active et offre de magnifiques découvertes sur de jeunes talents. Quant à moi, j’apprends tous les jours, et je suis mal placé pour juger de mon travail. J’aime ce que je fais, c’est l’essentiel. 🙂

Peux-tu nous présenter un peu ton matériel photo? Et pourquoi un tel équipement?

Sincèrement, je ne suis pas un geek de matériel photo. Mais celui que je possède me convient très bien pour toutes mes balades. J’ai actuellement mon fidèle Nikon D2X, 3 objectifs: un 18-200mm Nikon qui reste correct mais que j’utilise rarement, mon 50mm fixe Nikon, et enfin mon préféré, un Tokina 11-16mm. 3 sacs de montagne aux tailles variables en fonction de la durée et de l’effort. 3 trépieds, mais je lorgne pour en acquérir un plus véloce, plus lourd et surtout stable pour de la photographie nocturne (le vent est une plaie, de nuit). Mon D2X est un appareil d’occasion que j’ai racheté auprès d’un particulier très soigneux. Le Nikon est robuste et il en a vraiment bavé lors de mes randonnées. J’aime sa prise en main et son autonomie. Il est résistant aux intempéries et convient bien à ce que je fais dans n’importe quelle condition. Le Tokina est parfait pour les paysages, un beau piqué d’image également. Pour de courtes balades, j’ai un Sony NEX5 que j’utilise pour des reconnaissances de terrains, très utile pour ne pas avoir un poids conséquent dans mon sac de montagne.

20121108-094255.jpg

Quels conseils donnerais-tu à un photographe débutant?

De garder l’oeil ouvert et s’intéresser à tout ce qui se passe autour de lui, surtout s’il souhaite faire de la photographie dans la nature (mais c’est aussi valable pour tous les autres sujets!). Ensuite, pour comprendre son appareil, l’utiliser qu’en mode « manuel » afin de le maîtriser dans toutes les conditions. C’est comme çà que j’ai appris surtout lors de changements de lumières désastreuses. Ne pas hésiter à montrer ses photographies, plus loin que son entourage familial et accepter la critique, c’est constructif, et on apprend l’humilité. Déclencher, tout le temps, ça vous apprend à voir ce qu’il y a autour de vous, on voit le monde différemment au travers d’un objectif. Et découvrir ce que font les autres photographes, c’est inspirant, c’est motivant, on apprend chaque jour en photo dans toutes les conditions (météo, nature, lumières, ambiances), c’est bénéfique.

Quelle est la place du photoblog dans ton travail photographique?

Au départ, je n’avais pas l’idée de créer un site regroupant mes photos. Mais, je dois reconnaître qu’après avoir testé plusieurs plateformes de publication pour mettre en ligne mes photographies, je me suis rendu compte qu’elles étaient noyées dans la masse et que l’esthétique de l’interface ne me convenait pas du tout (Flickr par exemple). A présent, j’ai un photoblog et ça permet de sortir du lot, du conventionnel, c’est plus personnel et plus « pro » pour réunir et promouvoir son travail à un endroit précis. J’utilise bien évidemment des plateformes comme 500PX et Society6 ou RedBubble, mais cela me permet de proposer aux gens d’acquérir des tirages, entre autres.

20121108-094411.jpg

Et des réseaux sociaux?

C’est essentiel pour se faire connaître dans le « milieu » photographique. Twitter est pour moi la révélation, bien plus que Facebook. Il y a beaucoup de potentiel derrière le réseau Twitter, le contact est plus facile, plus informel et j’ai eu la chance de découvrir des photographes exceptionnels. Je souhaite d’ailleurs rencontrer plusieurs de mes contacts, mais je n’en ai pas eu l’occasion ces derniers mois, hélas. Mais je ne désespère pas, ça viendra en temps voulu! 🙂

Peux-tu nous parler de tes projets photographiques?

Je suis un amoureux de l’Islande, et je compte bien y aller en 2013 et en faire un livre. En parlant de livre, j’en finalise un qui regroupe près de quatre ans de photographie et qui sera bientôt disponible auprès de Blurb.fr.
Avec l’automne, je profite de sorties en altitude pour bénéficier des plus belles lumières. Avec l’hiver, je veux à nouveau me faire des randonnées en raquettes et tester différentes techniques photographiques (Timelapse nocturne, photos de nuit) et bivouaquer (si si!). J’ai l’intention de me pencher un peu plus sur la mise en place d’une exposition regroupant mes photographies de paysages et montagnes sur des tirages « toiles ». J’ai encore d’autres projets, mais pour l’instant, rien n’est définitif pour ceux-là.

Et pour terminer, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?

20121108-093405.jpg

Cette photographie est particulière car je l’ai prise lors d’un bivouac en montagne. On distingue dans l’objectif de mon Nikon D2X, le reflet de la silhouette à l’arrière de l’Argentine dans Les Diablerets. Ce moment était exceptionnel, plus un bruit, juste le vent qui se lève, les lumières de fin de journée voilant le ciel et laissant naître une ambiance irréelle. Et le plus beau, être le seul à cet endroit, dormir à la belle étoile et découvrir la voie lactée comme jamais vous ne l’avez vue. Ce sont des moments inoubliables. 🙂

Un dernier mot?

Merci à toi de m’avoir donné cette opportunité d’apparaître dans les pages de ton site. C’est un honneur de partager cette passion. Et quand je lis les autres interviews que tu y publies, cela fait vraiment plaisir de voir les chemins qu’accomplissent ces passionnés(es) qu’ils soient amateurs, ou pros. L’important, c’est ce qu’ils arrivent à nous faire ressentir émotionnellement.

Et voilà!

Pour suivre l’actualité de Cyril:
Son blog:http://www.hereandnow.ch
Son compte Twitter: https://twitter.com/hereandnow_ch

9 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge